En ce moment

    02 / 04 / 2020

    L’histoire du bâtiment le plus connu de France

    Le bâtiment 7, le nouveau documentaire de StreetPress

    Par Matthieu Bidan , Cléo Bertet

    Dans ce nouveau documentaire, StreetPress raconte l’histoire du bâtiment 7, la tour HLM la plus connue de France. Popularisé par une pléiade de rappeurs stars comme Koba La D, Bolemvn, Kodes ou Shotas, le « Bât 7 » doit être détruit en 2021.

    Evry (91) – « Ils veulent détruire le bâtiment, mais ils ne savent même pas tout ce qu’on a vécu dedans. » Shotas, jeune rappeur qui cartonne sur YouTube, regrette la fin programmée de la tour 7, la plus haute du quartier du Parc-aux-Lièvres, devenue en quelques années une place forte du rap français. Il ajoute :

    « On a fait du bâtiment 7 le bâtiment le plus connu de France. »

    À longueur de clips et de morceaux, Koba LaD, Bolemvn, Kodes ou Shotas matraquent le nom du bâtiment où ils ont grandi. Le journaliste de Booska-P Nico le Colombien, qui a vu monter cette génération, insiste encore surpris :

    « Je n’avais jamais vu autant de rappeurs au même endroit, ils viennent tous du même bâtiment. »

    Les rappeurs du « Bât 7 » cumulent des millions de vues. Des pages dédiées au bâtiment ont poussé sur les réseaux sociaux et le hall de la tour 7 est devenue un véritable plateau de tournage. Mais l’histoire doit prendre fin en 2021 avec la destruction de la dalle.

    Le quartier fait partie d’un plan national de renouvellement urbain (ANRU 2). Des dizaines de familles ont déjà été relogées dans d’autres quartiers par le bailleur social. Mais certaines refusent de quitter leur grand appartement. StreetPress a posé sa caméra dans le quartier pour raconter l’attachement des rappeurs du « Bât 7 » à leur dalle, mais aussi les difficultés pour les habitants de dire adieu à une partie de leur vie.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress