En ce moment

    12/02/2012

    Pas facile de s'incruster pour les partis politiques

    Manif anti-Acta: Des drapeaux d'Europe Ecologie arrachés

    Par a/b

    Samedi 11 février plus de 1.000 manifestants étaient réunis contre la loi Acta qui doit réguler mondialement le piratage sur le web. Le Parti de Gauche et Europe Ecologie étaient dans la place ... pour se faire rembarrer par les Anonymous.

    “Qui ne saute pas est pour Acta !” Un partisan Anonymous hurle ce slogan au mégaphone et voilà que la foule se met à sauter dans un bruit assourdissant. Ca saute jusque sur les arrêts de bus. Les têtes – souvent masquées – s’agitent en scandant le mot “liberté” sur fond de musique hip-hop servie par le camion musical qui encadre le cortège. On ne peut pas dire que les manifestants manquaient d’énergie ce samedi. Et pour cause, ils ont pour la plupart entre 15 et 35 ans et leur jeunesse est aussi vive que leurs pancartes: “ Propriété on te chie à la gueule” “Acta c’est la guerre, les no-life en colère” .

    Les no-life en colère

    Digital Natives “C’est assez peu commun: il y a beaucoup de jeunes “ se réjouit Martine Billard, députée Parti de Gauche, rencontrée pendant la manif. Axel, Matthieu et Sofien, tous trois âgés de 15 et 17 ans expliquent: “Internet on est né avec ; c’est notre futur on ne peut pas nous l’enlever.”

    Malgré leur anonymat et leur manque d’organisation, les Anonymous ont su mobiliser au-delà des frontières numériques. La Préfecture de police évalue à plus de 1.000 le nombre de manifestants. Parmi eux des responsables d’Europe Ecologie et du Parti de Gauche comme StreetPress l’avait annoncé – Nicolas Dupont-Aignan a disparu après avoir posé pour les journalistes au départ de la manifestation.

    Mon drapeau ! La présence d’hommes politiques dans leurs rangs, les Anonymous ne l’apprécient que moyennement: “Nous sommes a-politiques. On est là pour discuter en tant que citoyens et pas en tant que politiques , les partis on n’en veut pas. On ne veut pas être récupérés”, explique un manifestant masqué.

    Les drapeaux politiques étaient très peu présents parmi la foule, dégagés presque à tous les coups par des partisans d’Anonymous. Alexis, jeunes militants d’EELV , témoigne: “ On a été pris à parti par des Anonymous. Ils nous ont arrachés le drapeau !” Martine Billard accompagnée de Sophie Duvauchelle, toutes deux issues du Parti de Gauche, ont eu elles aussi droit à des remontrances de partisans d’Anonymous. “Ils n’apprécient pas les politiques. Nous avons pourtant une lutte en commun”.

    De retour en mars La manifestation a poursuivi son défilé parisien, jusqu’à la place de la victoire pour fêter avec les Egyptiens l’anniversaire de la chute de Moubarak. En plus des dizaines de manfiestations anti-acta organisées en France aujourd’hui, la mobilisation a touché toute l’Europe avec par exemple plus de 16.000 manifestants en Allemagne et 5.000 en Bulgarie. Mais le collectif, décentralisé et anonyme ne compte pas s’arrêter là: Une nouvelle mobilisation devrait avoir lieu courant mars.

    bqhidden. On a été pris à parti par des Anonymous. Ils nous ont déchirés le drapeau !

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER