En ce moment

    03/03/2010

    Les Tziganes manifestent à Versailles et rendent aux gadjos les poules qu'ils leur ont volées

    Par François Nazon

    « Salope !»: Face à la pervenche, l'automobiliste laisse exploser sa colère. Mais pour les Tziganes, l'interdiction de stationnement, c'est bien plus grave. Les Tziganes manifestaient lundi pour avoir le droit de garer leur caravane plus librement.

    « Tout est basé sur le stationnement »

    L’Ufat (Union Française des Associations Tziganes) se mobilisait hier devant la statue de Louis XIV, à Versailles, afin de revendiquer leur droit au stationnement. « Disons que pour nous, que cela soit au niveau économique, éducatif, social tout est basé sur le stationnement » explique l’un d’eux.

    Cette manifestation est une grande première pour les gens du voyage. Grande première aussi, l’utilisation d’une réforme qui permet de poser des questions prioritaires de constitutionnalité afin de faire abroger une loi. En l’occurrence, les articles 9 et 9-1 de la loi du 05 juillet 2000, à l’initiative d’Eric Besson, qui légalisent l’expulsion des voyageurs stationnant hors des aires d’accueil.

    Selon l’Ufat, ces articles contredisent la liberté du choix de son lieu de résidence, un précepte élémentaire pourtant inscrit à la constitution. Au cours du rassemblement, l’association a déposé une requête au tribunal administratif d’appel de Versailles. Première étape, pour saisir le conseil constitutionnel.

    Des droits qui datent de 1969

    « Lorsque vous faites les statistiques des aires d’accueil actuellement crées, et celles qui restent à faire, vous verrez qu’on est loin du compte. Par rapport aux 40 000 emplacements prévus sur le territoire national (sur les 36 6000 communes françaises, la loi préconise que les communes de plus de 5000 habitants disposent de telles structures) on doit en être à la moitié aujourd’hui.  Et le problème, c’est que les aires d’accueil sont le plus souvent situées près d’autoroutes, de déchèteries, ou de stations de voirie », explique un représentant.

    La loi sur les aires d’accueil force théoriquement les communes à l’hospitalité vis-à-vis de la communauté Tzigane. Mais son application effective l’a rendue discriminante. Surtout la communauté des gens du voyage s’insurge du fait que les députés aient imposé une loi qu’ils ne veulent pas faire appliquer: Rien n’est fait pour inciter les maires à créer des aires d’accueil. Alors les Tziganes préfèrent stationner hors des espaces qui leur sont réservés.

    La manifestation était l’occasion d’élargir le débat sur les droits des Tziganes, et de revenir sur la mise en place du carnet de circulation, datant de 1969. Un document qui limite notamment leurs droits à aller voter, « puisque pour se faire, le citoyen lambda doit être rattaché à une commune depuis plus de 6 mois, contre 3 ans pour nous ».

    Source: François Nazon / StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER