En ce moment

    31/05/2012

    C'est le printemps ! StreetPress vous présente chaque semaine un célibataire

    Manuela, 28 ans, célibataire depuis 5 ans : « je me souviens d'un mec, son lit était entouré de néons »

    Par Elodie Font

    5 ans qu'elle attend le grand amour, sans désespérer de le rencontrer un jour. Autour de Manuela, ses proches échafaudent de multiples théories sur son célibat, mais pour elle, aucune n'est vraie : « je n'ai juste pas rencontré le bon. »

    Rendez-vous est pris à proximité du RER B. Depuis 2 ans, Manuela vit à Massy, dans la banlieue sud de Paris. Pas pour le plaisir, mais pour son taf d’ingénieur mécanique. Parler de son célibat ? Pourquoi pas, l’idée la fait sourire. À 28 ans, elle n’est pas tombée amoureuse depuis 5 ans. Ce qui ne l’empêche pas de croire encore au grand amour, à la rencontre teintée d’un romantisme digne d’un film de Christophe Honoré. Un cocktail Cosmo à la main, des mimiques à la Florence Foresti (dont elle ne connaît pourtant pas les sketchs), Manuela raconte, rit, s’amuse, s’agace. Première de notre série sur le jeune célibataire de la semaine, Manuela a accepté de livrer sa vie sentimentale à StreetPress.

    Depuis combien de temps t’es célibataire ? Ça dépend ce que t’entends par célibataire. Disons que ça fait 5 ans que je ne suis pas tombée amoureuse, mais, entre-temps, j’ai eu quelques petites aventures. Pas mal d’histoires d’un soir, jusqu’au jour où je me suis dit, y’a 5 mois environ, « arrête les frais, les plans cul, ça ne mène à rien. » Tu te retrouves parfois dans des situations vraiment bizarres. Je me souviens d’un mec, à peine arrivés chez lui, on se précipite dans sa chambre et là, bim, son lit était entouré par des néons d’une couleur atroce… Je me suis barrée très très vite.

    Remarque, maintenant, je sais ce que je ne veux pas ! Je sais que je ne veux pas de néons, je sais aussi que je ne désire pas d’un mec qui passe son samedi à comater devant la télé ou d’un mec qui m’arrive aux épaules.  Moi, je cherche quelqu’un qui me fasse pétiller. Si au bout de deux jours de relation, j’ai plus envie de voir mes copines que d’aller me faire un dîner en tête à tête, vaut mieux oublier.

    Je cherche quelqu’un qui me fasse pétiller

    Où t’essaies de choper ? Euh… déjà, c’est sûr que l’homme de ma vie je ne le rencontrerai pas dans un bar. Quand t’es célibataire, tes potes te conseillent toujours de plus sortir, d’aller faire la tournée des bars, mais ensuite, qu’est-ce qui se passe ? Je ne suis pas timide, mais de là à aller aborder un mec en mode « salut, t’es trop beau », y’a un gouffre. Ou alors, c’est que j’ai 3 grammes sous chaque bras, et honnêtement j’ai aucune envie de commencer une relation avec un mec qui se dira « trop cool, elle est saoule, je vais pouvoir me la taper. » Comment avoir confiance en lui après ?

    Bon, je sais, ça ne répond pas à ta question… En réalité, je ne sais pas où aller, justement : au boulot, c’est non, je ne veux pas mélanger vie pro et vie perso. Les soirées entre potes, éventuellement, mais la plupart sont maqués. J’ai des potes qui me conseillent d’essayer les sites de rencontres, mais si je peux éviter… Internet, c’est le joker que je sortirai au dernier moment. Ce serait m’avouer vaincu, mon esprit romantique aurait perdu la partie.

    Ton top 3 des pires trucs à faire seul ? Haha, alors en numéro 1, sans hésiter, rien foutre le dimanche. A deux, c’est mignon, tu regardes des films en posant ta tête sur son épaule, tu refais le monde, tu vas au ciné, au resto. Toute seule, c’est nul. Et déprimant. Aller au resto seul, c’est impossible, tous les autres clients te regardent bizarrement.

    En deux, je dirai partir en vacances. Soit tu pars avec des groupes de célibataires, des voyages organisés, soit tu tiens la chandelle au milieu de tes potes en couple. Les deux ne me plaisent qu’à moitié. C’est un peu la même idée pour les mariages d’ailleurs : y aller seul, c’est horrible.

    En trois… peut-être un sentiment plus général : globalement, quand ça va pas, quand t’as eu une journée de merde, quand t’as 40 de fièvre et que sortir pour aller acheter des médicaments te semble impossible… Là c’est dur d’être seul ! Même si ce serait moins vrai si ma famille et mes amis habitaient plus près de Massy.


    Manuela | Le CV sentimental

    > Manuela, 28 ans, habite à Massy
    > Premier mec à 17 ans
    > 3 histoires sérieuses
    > Plus longue histoire : 3 ans
    > Histoire la plus courte : 1 nuit
    > Record de textos envoyés en une journée : 385
    > N’est pas tombée amoureuse depuis 5 ans
    > Dernier plan cul y’a 5 mois

    Je me suis dit, y’a 5 mois environ, « arrête les frais, les plans cul, ça ne mène à rien. »

    La blague la plus lourde entendue sur ton célibat ? Ouh là, y’en a plusieurs ! Bon, après, honnêtement, c’est jamais méchant. Là, comme ça, je pense aux repas de famille, avec mes parents, mes deux sœurs et leurs deux mecs, quand à l’apéro, tout le monde lève son verre. Y’en a toujours un qui crie « on trinque au futur mec de Manuela ! » Merci !

    Est-ce que « c’est le moment où on s’y attend le moins qu’on trouve quelqu’un » ? Haha, ça c’est encore une bonne expression ! Faut prévenir qui quand on ne s’y attend plus ? Allô monsieur le grand amour ? C’est bon, je suis dispo, je m’y attends pas, tu peux venir !

    Ça me fait penser à tous mes potes qui ont des théories sur mon célibat. Y’en a au moins 15 différentes : je suis trop difficile, trop sure de moi, trop froide… Parfois, j’ai l’impression que les gens pensent que c’est voulu, que je ne fais aucun effort pour ne plus être célibataire. Mais ce n’est pas le cas ! C’est vrai que je suis indépendante financièrement, que je sais changer une roue, monter des meubles et que, socialement, ma vie est bien remplie. En soi, je n’ai pas besoin d’être en couple et je pense qu’effectivement, un mec aime bien sentir qu’une fille a besoin de lui. Mais ça ne veut pas dire que mon célibat ne me pèse pas ! C’est juste que je n’ai pas encore rencontré le bon, et que je n’ai pas envie de le chercher pour le chercher. C’est tout.

    Ton petit plaisir grâce au célibat ? Ne pas avoir de comptes à rendre ? Continuer à séduire ? Parfois, je regarde une merde à la télé en bouffant de la Häagen-Dazs. C’est assez agréable !

    En réalité, être toute seule, ça ne me dérange pas tout le temps. Ce qui m’embête le plus dans cette situation, c’est que j’ai peur de ne pas avoir d’enfant. Je me suis dit que si à 35 ans, j’étais encore célibataire, je ferai un enfant toute seule. Je préfère être une mère célibataire qu’une femme sans enfant.

    La première chose que tu fais quand tu retrouves un mec ? On est dimanche, on se réveille tranquillement, on brunch, on discute, on refait le monde, on ne fait rien mais à deux. J’aime ce genre de moment intemporel.

    bqhidden. J’ai aucune envie de commencer une relation avec un mec qui se dira « trop cool, elle est saoule, je vais pouvoir me la taper. »

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER