En ce moment

    14/07/2011

    Plutôt petits fours avec Pasqua ou champagne avec Zizou?

    Hommage: A chaque Président sa Garden Party

    Par Françoise Ortie

    Supprimée en 2010 par Sarkozy la Garden Party du 14 juillet n'aura pas lieu non plus cette année. Depuis 78 chaque mandat présidentiel était marqué par une sauterie: Voyage dans les archives de l'INA à une époque où Robert Hue était jetset.

    1 Giscard d’Estaing en 1979, classicisme et tradition


    L’ambiance: Solennelle. Poignées de main, petits mots au creux de l’oreille et foule « compacte »

    Nombre d’invités: Plus de  4.000

    Le présentateur TV de l’époque: Jean-Claude Bourret. Un reportage de Patrick de Carolis.

    Les VIP: Jacques Chirac, de nombreux maires, des gendarmes, des pompiers bénévoles, des sportifs

    La phrase: « Cette grande fête est pour le Président de la République l’occasion de nouveaux contacts.»

    2 Mitterrand en 1994, la « der des der »


    L’ambiance: Fin de règne. Il y a les nostalgiques et ceux dont les dents raient la pelouse.

    Nombre d’invités: Plus de 6.000

    Le présentateur TV de l’époque: Paul Amar

    Les VIP: Roger Hanin, Alain Delon, Lionel Jospin, Bernard Tapie, Alain Juppé, Charles Pasqua

    La phrase: « Une garden party reste une garden party »

    Bonus: « C’est chouette ici», Charles Pasqua.

    3 Chirac en 1998: quand l’Elysée devient le palais des Bleus


    L’ambiance: Stade de foot. « We are the champion » à fond les ballons, les Bleus en rang d’oignons sur le perron de l’Elysée, Chirac qui essaie d’en placer une.

    Nombre d’invités: Plus de 4.000 jeunes

    Le présentateur TV de l’époque: Laurence Bobillier

    Les VIP: Adriana Karambeu, Philippe Séguin, Robert Hue, les Bleus, Zizou

    La phrase: « Ils sont sympas, ils la ramènent pas, ils ont pas la grosse tête » Elisabeth Guigou.

    Bonus: La version longue

    4 Sarkozy en 2008, la légion d’honneur pour Ingrid


    Garden Party – Élysée: Des invités d'honneur par france24

    L’ambiance: Tapis rouge, petits fours, robes sixties pour Carla et la légion d’honneur pour Ingrid Bettencourt.

    Nombre d’invités:: 4.500 personnes

    Le présentateur TV de l’époque: Une voix off

    Les VIP: Claudia Cardinale, Ingrid Bettancourt, Manuel Vals , Kad Merad, Bachar el Assad

    La phrase: « Restez le plus longtemps possible, parce qu’en France vous êtes bien, vous êtes en sécurité, et ici on vous aime»

    Bonus: Palais de l’Elysée ou palais de Festivals ? Le gouvernement en mode Cannois

    Bonus sur l’ère Sarkozy

    En 2008, Rachida Dati a bu une petite coupe de champ de trop:

    La suppression de la Garden Party, what the fuck ?

    Suppression ponctuelle ou disparition définitive? Quoiqu’en disent les fournisseurs de petits fours de l’Élysée, le rendez-vous mondain annuel, initié en 1978 par Valéry Giscard d’Estaing, serait trop coûteux : 750.000 euros pour 4.500 pique assiettes piétinant les pareterres du home sweet home présidentiel. En ces temps d’endettement record et de chute boursière, le Président veut montrer l’exemple. Mais avec un endettement total (dette publique) d’environ 1600 milliards d’euros, supprimer la garden party, c’est comme un milliardaire radin qui se priverait de paille pour boire son Fanta ?

    Et un invité handicapé nous fait une démo de descente des marches en fauteuil roulant:


    DROP FAUTEUIL GARDEN PARTY 2007 par vagdespoir

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER