En ce moment

    14 / 08 / 2013

    Pour zoner en Solex en mangeant des saucisses

    Par vincent touveneau

    Adeptes de reconstitutions ou amateurs de soirées Rockabilly, les vacances d'été, c'est aussi l'occasion de s'adonner à un hobby historique. Parait même que certains se font exploiter à mettre du charbon dans une locomotive.

    L’époque : Le début des années 70, quand Véronique Sanson est au top de la pop et que les minots pédalent à fond sur leurs vélomoteurs.

    Le plan : Un week-end camping à Folleville (Oise) avec Hugues et sa bande, collectionneurs de Solex. Entre deux pastis et une chipolata grillée, vous arpenterez les petites départementales dans la région, moustache et cheveux au vent. L’occasion unique de parcourir les routes de l’Oise à la vitesse vertigineuse de 30 km/h.

    L’ambiance : « Très conviviale et multi-générationnelle » nous assure Hugues. « On parcourt une soixantaine de kilomètres dans la journée. » Ces grosses balades sont surtout l’occasion pour les passionnés de Solex de se rencontrer et de se mettre des mines en faisant reluire leur belle carrosserie. Hugues collectionne les Solex depuis l’adolescence et il en a plus de… 600 ! « Il faut savoir que le Solex a été un moyen de locomotion populaire durant les années soixante mais qu’il a connu le déclin en 1975. »

    L’anecdote spatio-temporelle : Niveau bilan carbone, ces passionnés de tunning, version 70’s, peuvent dormir la conscience tranquille. « Avec un Solex, on peut faire un Lille-Perpignan avec seulement 10 litres d’essence. » Une idée pour Europe-Ecologie ? Par contre cela prendrait quand même deux jours…

    Infos pratiques : Les renseignements sur la prochaine manifestation sont sur le site


    Pour afficher un lieu sur la carte, passez la souris sur l’icône et cliquez sur le nom du lieu pour afficher le descriptif complet.

    > Pour retrouver le guide de voyage de StreetPress

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress