En ce moment

    15 / 09 / 2010

    6e journée nationale de la prostate

    Laurent Salomon : « On n'attrape pas une prostatite aiguë à la suite d'une relation sexuelle ! »

    Par léo Philippe

    Parce que de Gaulle, Richelieu ou Napoléon III ont enchaîné les déboires à cause de problèmes de prostate, StreetPress est allé demander à l'urologue Laurent Salomon quels étaient les risques et comment les prévenir.

    « Les prostatites aiguës ne sont pas des maladies sexuellement transmissibles ! » Et non… Voilà ce que StreetPress a appris en fin de semaine dernière, en allant se renseigner sur cette 6e journée nationale de vous savez quoi. L’urologue Laurent Salomon nous aura donc rassuré : pas de risque d’attraper une prostatite aiguë en tirant son coup.

    Napoléon III a perdu la bataille de Sedan à cause de sa prostate

    Oui, voilà parce qu‘« il faut savoir qu’un certain nombre de personnes célèbres dans l’histoire de France ont eu des problèmes de prostate», nous confie le professeur Salomon : « Napoléon III aurait perdu la guerre de 1870 en raison d’une hypertrophie bénigne de la prostate. En effet, il ne tenait pas en place et l’obligeait d’uriner toutes les 5 minutes ! ». Idem du côté, du général « De Gaulle [qui] a du partir au Québec faire un discours avec une sonde urinaire, avant qu’il ne soit opéré de son hypertrophie bénigne de la prostate ».

    Une glande taboue

    « Les maladies prostatiques sont taboues », insiste le professeur Rischmann pendant la conférence de presse de l’ Association française d’urologie : « Devant la réticence des hommes à en parler à leur médecin généraliste ou à se faire dépister, le cancer de la prostate est encore mal connu, et de nombreux cas ne sont pas diagnostiqués. »
    Alors, à vos slips ! Le dépistage du cancer de la prostate est on ne peut plus fun, nous explique le dossier de presse. Car le toucher rectal est « un geste indolore et d’une grande simplicité : le patient peut être debout ou allongé sur la table d’examen. La palpation est rapide et sans aucun effet secondaire ».

    Source: Léo Philippe | StreetPress

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER