En ce moment

    12/10/2010

    Streetpress y était

    Photos : Joe Cocker au Zénith le 10 octobre

    Par Michela _Cuccagna

    Le légendaire Joe Cocker était au Zénith afin de nous présenter Hard Knocks, son… 22e album ! Le crooner anglais de 66 ans y a lancé sa tournée hexagonale avec un concert musicalement de haut niveau.

    Dans mes souvenirs d’enfance, je me rappelle que mon père aimait écouter “You can leave your hat on” de Joe Cocker. Se rappelait-il alors la scène hot de 9 semaines et demi (1986), dans laquelle Kim Basinger faisait cadeau d’un strip-tease mémorable à un (alors charmant) Mickey Rourke? Devant mon bol de chocolat au lait, j’avoue ne jamais avoir osé lui demander… Mais Joe Cocker, ce n’est pas que notre adolescence, c’est surtout un mythe. Pour nos amis outre-manche et outre-atlantique, l’artiste est surtout connu pour avoir foulé la scène de Woodstock en 1968 et interprété une magistrale reprise de “With a little help from my friends” des Beatles, avec Jimmy Page à la guitare.

    A Star is born

    Dès lors, sa voix charismatique, reconnaissable à son timbre rocailleux fera des ravages. Mais au début des années 70, la drogue et l’alcool le font plonger dans une sombre addiction, qui le garderont hors des scènes jusqu’en 1982. Le dieu du Rock’n‘Blues fait alors un retour en force, enchaîne les succès, et traverse les époques musicales sans ciller. L’excellent “Hard Knocks”, son dernier album, est disponible depuis le 4 octobre.

    Le Débrief du concert :

    Rock ou pas rock ? 5/5 Joe, comme toutes les vraies rock stars a eu de graves problèmes d’alcool et de drogue…
    J’y ai été avec: Mon père, qui m’a élevée à coups d’albums de Joe Cocker…
    Durée du concert: Les photographes ont été jetés dehors après les 2 premières chansons…
    J’y ai bu: Du Jack Daniels, car Joe apprécierait…

    Joe Cocker sur MySpace

    ;hl=fr_FR&rel=0”>;hl=fr_FR&rel=0” type=“application/x-shockwave-flash” allowscriptaccess=“always” allowfullscreen=“true” width=“320” height=“265”>

    Source: Matilda Clark | StreetPress
    Crédits photos : Michela Cuccagna pour StreetPress

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER