En ce moment

    11 / 04 / 2014

    Les pro-légalisation auront-ils autant de temps de parole que l'UMP ?

    Aux Européennes, les listes «Cannabis sans frontières» butent sur la parité

    Par Nima Kargar

    Après un galop d'essai en 2009, le militant Farid Ghehiouèche veut présenter 5 listes pro-légalisation aux Européennes. Objectif: décrocher des spots TV pour la campagne officielle. Reste à trouver des candidates, parité oblige.

    « C’est un appel à toutes les consommatrices, les usagères, les auto-cultivatrices qui défendent la légalisation. » Un appel du 2 mai, date butoir de dépôt des listes candidates aux élections européennes, à destination des fumeuses de cannabis.

    Sous l’impulsion de Farid Ghehiouèche, le petit milieu des militants anti-prohibition du cannabis prépare des listes pour les élections européennes du 25 mai. Mais parité oblige, il lui faut convaincre des femmes d’accepter de s’investir. Et visiblement ce n’est pas gagné.

    Vu à la télé

    Ce n’est pas la première fois que les partisans de la dépénalisation présentent des listes à des élections. Aux Européennes de 2009, Farid Ghehiouèche avait déjà conduit une liste anti-prohibition. Dans la région Île-de-France, il avait recueilli 3.988 voix, soit un score confidentiel de 0,14% des suffrages exprimées.

    En 2014 il veut renouveler l’expérience de la liste « Cannabis sans frontières – Stop la prohibition » . Mais cette fois, en présentant des candidats dans au moins 5 régions de France. Ghehiouèche de s’expliquer:

    « Si on veut présenter 5 listes cette année, c’est pour pouvoir bénéficier de la campagne audiovisuelle. »

    Une fois le seuil de 5 listes atteint, les candidats peuvent bénéficier de spots TV, avec un temps de parole équivalent à celui des autres partis. Des pubs diffusées sur l’ensemble du territoire. Et cerise sur le gâteau, le CSA met à disposition un « prestataire technique » pour les réaliser. Farid Ghehiouèche en salive d’avance :

    « On serait directement en concurrence avec les spots de l’UMP, du FN et des autres. »

    Get up, stand up

    Mais pour présenter des listes dans les circonscriptions Ile-de-France, Ouest, Est, Massif Central-Centre et Outre-Mer, Farid Ghehiouèche doit réunir 120 candidats. « Et candidates ! Parce que c’est vraiment ça qui pêche » regrette le militant. Il explique recevoir en moyenne une candidature féminine pour cinq candidatures masculines, alors que la loi impose la parité parfaite.

    Farid Ghehiouèche lance un appel à toutes les consommatrices!


    Constituer une liste aux européennes demande pourtant beaucoup moins de candidats que pour d’autres élections. Par exemple en Île-de-France, il ne faut que 30 inscrits sur les listes – soit 15 femmes – contre 163 aux municipales, rien que pour Paris. Mais les candidats tardent à sortir du bois.

    La situation n’est pas sans rappeler l’aventure des Cannabis Social Club. A l’époque Farid Ghehiouèche et son ami Dominique Broc avaient tenté d’inciter des fumeurs réunis en groupe à se déclarer massivement en association dans les préfectures. Un succès des plus mitigés car si les Cannabis Social Club avaient fait la une des journaux, seulement une demi-douzaine de « clubs » avaient participé au mouvement.

    Débat politique

    Joint par StreetPress Laurent Appel, militant de l’association pour la réduction des risques Asud, pointe le manque d’engagement des fumeurs de cannabis :

    « C’est une vieille histoire du militantisme sur le cannabis : il y a beaucoup de gens pour en parler au bistrot, beaucoup moins pour l’assumer devant une caméra ou devant les autorités. D’autant qu’il faut donner sa vraie adresse, son vrai nom, présenter une pièce d’identité… »

    Farid Ghehiouèche, lui, y croit dur comme fer :

    « Les Cannabis Social Club demandaient deux fois plus d’investissement : il fallait assumer de se déclarer, en public, et en préfecture. Là pour être candidat, il suffit de suivre les dispositions du code électoral. »

    La vitrine est très belle pour ces partisans de la légalisation du cannabis qui ont peu d’occasions de mobiliser. S’ils ne comptent pas sur un vote massif, ils espèrent pouvoir ouvrir un débat politique sur la dépénalisation du cannabis en se mobilisant. Mais attention au bad trip : Aux Européennes de 2009, pour voter « Cannabis sans frontières » il fallait soi-même imprimer son bulletin de vote. Faute de moyens.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER