En ce moment

    30 / 01 / 2017

    Indics ou intox ?

    Des néonazis assurent avoir été prévenus par un gendarme d'une perquisition imminente

    Par Tomas Statius , Emilie Seto

    Interrogés pour de nombreux faits de violences et trafics, plusieurs néo-nazis du White Wolf Klan assurent entretenir des liens privilégiés avec certains gendarmes. Extraits du dossier.

    « Attends-toi à une visite proche. » La petite phrase passerait presque inaperçue dans un dossier de plusieurs centaines de pages. Pourtant, face aux enquêteurs, Mourain lâche une bombe. Selon lui, le gendarme L., en poste dans le coin, l’aurait prévenu d’une perquisition imminente à son domicile. Il donne ainsi l’occasion au boss du White Wolf Klan de faire place nette avant la visite des bleus. Interrogé par les enquêteurs, le militaire nie :

    « Je n’ai rien à voir avec ça. »

    Plusieurs témoignages

    Mais Jérémy Mourain n’est pas le seul à évoquer les liens des néonazis avec les autorités. Son ex-compagnon de route Kévin confirme que l’homme sympathisait avec le gendarme L. « pour pouvoir lui faire du chantage », est-il précisé dans le dossier judiciaire, sans qu’on ne comprenne vraiment de quoi il retourne.

    Une autre anecdote vient crédibiliser l’hypothèse de contacts entre les képis et les skins. Il est écrit :

    « Matthieu D. disait que le Gendarme M. les avait vu voler du gasoil mais n’avait rien dit en échange d’informations sur un dealer de Ham. »

    Motus et bouche cousue du côté de la gendarmerie

    Les skinheads étaient-ils des indics’ ? Ou cherchaient-ils à compromettre les autorités en allumant des contre feux ? Contacté par StreetPress, le parquet d’Amiens, la DGGN, les gendarmeries d’Amiens, de Ham et de Péronne ont refusé de répondre à nos questions.

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER