En ce moment

    19 / 12 / 2017

    Caroline Collomb peut-elle cumuler les fonctions de juge et déléguée En Marche ?

    Conflit d'intérêts concernant l'épouse du ministre de l'intérieur ? Le Conseil d'Etat saisi

    Par Tomas Statius

    Caroline Collomb, l'épouse du ministre de l'Intérieur est en même temps juge au tribunal administratif de Paris et référente En Marche pour le Rhône. Un ancien élu Les Républicains dénonce un possible conflit d'intérêts auprès du Conseil d'Etat.

    Le feuilleton Caroline Collomb pourrait-il connaître un nouveau rebondissement ? En septembre dernier, StreetPress révélait les coulisses de la nomination de la femme du ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, au tribunal administratif de Paris. Dans les couloirs de l’institution judiciaire, plusieurs magistrats dénonçaient un possible passe-droit accordé à Mme Collomb après la nomination de son mari à la Place Beauvau. Anciennement au tribunal administratif de Toulon, la jeune femme avait été mutée à Paris, à titre exceptionnel. Et d’autres de s’inquiéter de possibles conflits d’intérêts. « On peut estimer qu’elle va manquer d’impartialité », jugeait ainsi une magistrate.

    Un ancien élu Les Républicains saisit le Conseil d’Etat

    Le 6 octobre, Caroline Collomb est finalement nommée référente de La République en Marche (LREM) pour le Rhône, confirmant une information de la Tribune de Lyon. Trois semaines plus tard, c’est un autre personnage qui entre dans la danse. Le 25, Eric Forquin, ancien élu Les Républicains (LR) au conseil municipal de la petite ville de Calluire (69) et juriste d’entreprise, saisit une première fois le Conseil d’Etat à ce sujet, comme l’a révélé l’hebdomadaire satyrique Les Potins d’Angèle. L’homme dénonce un possible conflit d’intérêts qui découle des nouvelles responsabilités politiques de l’épouse du ministre de l’Intérieur. Face au silence des magistrats, il a réitéré, ce mardi 19 décembre, comme rapporte l’AFP. Il a fait parvenir un second courrier au Conseil d’état avec toujours le même argumentaire : les responsabilités politiques de la jeune femme sont incompatibles avec son travail de magistrate.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER