En ce moment

    27 / 11 / 2019

    Points noirs, anti-rides et masques en or

    Les masques beauté sont validés par la street

    Par Inès Belgacem

    Soins pour le visage ou masques beauté ont la cote « y compris dans la street ». Sambou Sissoko a flairé le filon. Ses 22 salons de coiffure pour les « fashion urbains » proposent de s’attaquer aux rides et aux points noirs.

    Drancy (93) – « Maintenant les hommes prennent soin d’eux. Ils ont l’habitude de faire attention à leur barbe, à leur cheveux et maintenant à leur peau. » Le business des soins visage pour homme est en plein expansion. Et Baki Macalou l’a bien senti. « Y compris dans la street », ajoute son cousin et boss Sambou Sissoko. Ce dernier a lancé la chaîne de barbier à succès 235th Barber Street pour les « fashion urbains, entre 16 et 35 ans, plutôt de banlieue et fan de rap », résume-t-il. Niska, Ninho, ou encore Kylian Mbappé entres autres, fréquentent régulièrement son enseigne. Et, depuis deux ans, ses 22 salons proposent des soins pour la peau, comme bon nombre de barbiers en région parisienne. L’engouement est tel, que les deux auto-entrepreneurs devraient ouvrir un nouvel espace de 300 m2 à Saint-Denis, spécifiquement centré sur les soins pour la peau et les massages, d’ici la fin de l’année. « Avec manucure et pédicure », complète Baki Macalou, qui sera le gérant. Le tout exclusivement pour homme.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/masque2_1.jpeg

    Bas les masques. / Crédits : Instagram 235 Barber Street

    Des masques en or

    Depuis sa première ouverture en novembre 2014 dans le 19ème arrondissement de Paris, 235th Barber Street compte six salons dans la capitale, sept en banlieue, sept en province et deux à l’étranger. Sambou Sissoko y propose, en plus des coupes barbe et cheveux, des gommages, des micro-needling – procédé qui aspire les impuretés de la peau –, des black mask – pour les points noirs – et même des masque en or – pour les rides. « Celui-ci est plus cher », prévient-il. « Je fais le masque noir moi. Tu le sens bien, ta peau est mieux », explique Noah Lunsi, influenceur dont StreetPress vous parlait dans le documentaire Des Barres. Il ajoute un soin à sa coupe, lorsqu’il a le temps, soit dans un « 235 », soit à Barber and co à Belleville. Plusieurs autre petits coiffeurs indépendants proposent des masques dans le coin, rencarde-t-il.

    https://www.streetpress.com/sites/default/files/capture_decran_2019-11-25_a_16.40.53_1.png

    10 carats sur le visage. / Crédits : Capture d'écran d'Instagram.

    D’après ses calculs, feuilles de compta en main, Sambou Sissoko estime que 6% de sa clientèle utilise ces services. Une part qui augmente de 3% chaque mois, assure-il. Il reçoit ce jour-là à Drancy, dans un de ses salons où la demande de soin peau est la plus grande – avec Cergy et Enghien-les-Bains. Il est tenu par Aurélie. Elle juge qu’une dizaine de clients lui demandent ces soins chaque semaine. Tous ses barbiers ont suivi une formation. « On suit ce qui se fait à l’étrangers. On pourrait penser que ça vient des States, mais pas du tout. Ça se passe au Moyen-Orient », explique Sambou. Il cite la Turquie et les Émirats, « qui sont à la pointe sur tout ce qui est soins ».

    Changement de mentalité

    « Les masques, ça n’est pas nécessaires comme les contours, mais c’est un plus pour les gens qui aiment prendre soin d’eux », analyse Noah Lunsi, qui les fait quand le barbier lui propose, sans que ça ne soit encore systématique. « On a ce cliché selon lequel les jeunes de banlieue ne feraient pas ça. Ça n’est pas vrai », juge Sambou Sissoko, qui assure qu’avec « l’ère Instagram, tout le monde veut être beau ».

    Si sa clientèle de footballeurs et de rappeurs n’a pas passé le pas – « par manque de temps et parce qu’ils sont souvent coiffés à domicile » –, les influenceurs y ont davantage recours. Il cite Mr Boris Becker, Tonio Life ou encore Paul Kabesa – également dans notre documentaire Des Barres. « Si c’est accepté, ça n’est pas encore la norme. Mais on va les y emmener », jurent les deux cousins du 235th Barber Street. Noah Lunsi ajoute :

    « Ça n’est plus un tabou, comme si c’était un truc pour les femmes. De toutes facon, à partir du moment où les mecs ont mis des fringues roses, c’était la fin ! Maintenant on peut faire des manucures, avoir les cheveux longs, se faire des couettes… Et c’est cool. »

    Voir cette publication sur Instagram

    VIP ROOM treatment Book your vip room:: ‭217 161 510 #haircut #hairstyle #relax #zen #goldmask #massage #nostress #viproom #lisbon #barbershop ‬

    Une publication partagée par 8 Sept. 2018 à 1 :59 PDT