En ce moment

    15 / 02 / 2011

    Des hommes d'affaires israéliens et américains veulent acheter les maisons palestiniennes

    A Sheikh Jarrah, un quartier palestinien de Jérusalem-est, les constructions israéliennes vont commencer

    Par Yonatan Sindel

    La semaine dernière, la mairie de Jérusalem a autorisé la construction d'immeubles pour des résidents juifs à Sheikh Jarrah. Mais dans ce quartier au cœur de Jérusalem, les manifestations d'opposants continuent.

    Vendredi, ils étaient plusieurs centaines de manifestants à Sheikh Jarrah. Cela fait maintenant plusieurs années que ces militants israéliens pour la paix défilent chaque vendredi avec des habitants palestiniens de Sheikh Jarrah, pour les soutenir depuis que des mouvements d’extrême droite essayent soit d’acheter leurs maisons soit d’obtenir leur expropriation.

    10 ans de bataille Lundi, la mairie de Jérusalem a approuvé un projet de construction de 16 logements pour des colons israéliens à Sheikh Jarrah. Depuis 10 ans, les tensions sont très élevées dans ce quartier. En 2001, des militants d’extrême droite étaient entrés par la force dans une maison et avaient refusé de la quitter. En 2008, un jugement avait reconnu qu’une partie du quartier était la propriété de juifs sépharades qui s’y étaient installés à l’époque ottomane. Une victoire pour les défenseurs d’une Jérusalem entièrement juive, qui ont rassemblé des investisseurs israéliens et américains et tentent de racheter les propriétés palestiniennes

    Au coeur de Jérusalem Le quartier de Sheikh Jarrah est situé en plein cœur de Jérusalem. On est en théorie à Jérusalem Est, mais bel et bien au cœur de la capitale israélienne : la vieille ville est à quelques centaines de mètres. On passe par Sheikh Jarrah pour se rendre à l’université hébraïque de Jérusalem ou à l’hôpital Hadassah, qui font eux partie de Jérusalem Ouest. Dans ce quartier musulman florissant dont l’origine moderne date de la fin du 19e siècle, on n’est pas loin du Jérusalem des John le Carré et des diplomates, qui se retrouvaient historiquement à l’American Colony, un hôtel prisé des espions… et des journalistes.


    Afficher Sheikh Jarrah sur une carte plus grande

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress