En ce moment

    20 / 02 / 2010

    20 minutes : Les nouveautés de 2010 du quotidien expliquées en 2 minutes

    Par Armelle de Rocquigny

    StreetPress à la conférence débriefing de 2009 du journal 20 minutes. Le quotidien français le plus diffusé (709.000 exemplaires par jour) annonce, entre autre, un journaliste de nuit basé à L.A. et 4 nouvelles éditions locales.

    1. Fini les secrétaires de rédactions ! Bienvenue aux éditeurs

    20 minutes supprime les secrétaires de rédactions, devenus désuets. « Il faut évoluer. Et la fonction de secrétariat de rédaction n’est plus utile », explique Pierre-Jean Bozo, président de 20 minutes France. Pour les remplacer : des éditeurs. La réorganisation des salariés touche aussi les photographes des locales, en grève au début du mois. Sur les 12 photographes, 6 ont été embauchés. « On a proposé de régulariser leur situation. Mais, ils veulent le beurre et l’argent du beurre. Je ne peux pas rémunérer un photographe 5.000 euros par mois », se justifie Yvon Mezou, directeur de la rédaction depuis juillet. « Avant, c’était n’importe quoi, les photographes arrivaient 2 heures après les journalistes. Ils ne les voyaient même pas et prenaient une photo qui n’avait rien à voir avec l’angle choisi pour l’article », continue-t-il.

    2. Un journaliste à Los Angeles pour les infos de nuit

    Comment faire pour guetter l’information de 23h (heure de départ des journalistes) à 7h (heure d’arrivée à la rédaction) ? 20 minutes remplace les 60 journalistes de l’équipe par un reporter basé à Los Angeles pendant la nuit. « Il ne peut pas faire le travail de toute la rédaction, bien sûr. Mais, au moins, on ne passe pas à côté d’une info importante », explique Antoine Clément, DG web de 20 minutes. Par ailleurs, on trouvera désormais 20 minutes à Nice, où le journal sera lancé le 31mars 2010. Il s’ajoutera aux 8 éditions locales déjà existantes. « Un nombre que nous allons augmenter au moins de moitié en 2010 », promet Pierre-Jean Bozo.

    3. « Faire payer les applications 20 minutes sur les mobiles, pour un gratuit, c’est pas possible »

    « Nous sommes clairement un éditeur de contenu, et pas forcément de presse. Nous évoluons et maintenant nous sommes plus sur le multimédia», annonce Pierre-Jean Bozo. Et comme les lecteurs sont de plus en plus nombreux à se connecter avec leur portable, le quotidien ne se ferme aucune porte. « On veut conserver les applications pour les mobiles. Mais, on souhaite aussi garder un site web, sous forme de PDF en plus interactif. On reste sur un modèle hybride », détaille Antoine Clément. « Par contre, on ne peut pas faire payer les applications iphone, venant d’un print gratuit, ça n’est évidemment pas possible », plaisante le directeur web.

    4. 20 minutes veut éjecter l’AFP

    C’est murmuré. Mais 20 minutes semble vouloir se passer de l’AFP. « Avec des correspondants partout en France et 6 photographes que l’on vient d’embaucher, est-ce qu’on n’a pas la même capacité de couvrir le territoire national que l’AFP?, lance Pierre-Jean Bozo. Sans compter nos 17 correspondants internationaux. » Et Yvon Mezou d’ajouter : « Je préfère investir dans de l’humain qui travaille avec moi et faire de la production 20 minutes. C’est un contenu qu’on pourrait mettre à contribution. » En attendant, le contrat avec l’AFP est signé jusqu’à l’automne. Après, il s’agit d’une renégociation. « Mais, c’est toujours trop cher », s’agace d’avance le président de 20 minutes.

    Voir aussi : voir aussi : Un an plus tôt, la conférence de rentrée de 20 minutes

    Source : Armelle de Rocquigny / StreetPress

    Aujourd’hui, nos emplois sont sauvés. C’est grâce à vous. Merci. Nous avons choisi de poursuivre cette campagne pour pérenniser notre modèle économique bien-sûr, et surtout pour inventer une autre façon d’être un média. Objectif : 70.000 euros avant le 15 novembre

    Je donne pour sauver StreetPress