En ce moment

    17/05/2011

    « Internet est l'un des derniers endroits où l'homophobie peut s'exprimer »

    Journée mondiale contre l'homophobie : eBay et Yahoo pointés du doigt dans un rapport

    Par Mathieu Molard

    Triste constat de l'association SOS homophobie : 274 témoignages soit 20% des plaintes recueillies de victimes d'homophobie concernent le web, loin devant les lieux publics. L'association demande un CSA du web.

    Dans son rapport annuel 2011 présenté en marge de la journée nationale contre l’homophobie, SOS homophobie montre qu’Internet est le lieu principal où sévit la discrimination homosexuelle. C’est sûr, c’est plus facile de se cacher derrière un écran d’ordinateur.

    FAF et religieux, même combat! La moitié des propos homophobes émanent directement des éditeurs de sites, l’autre moitié venant des commentaires. SOS homophobie note une présence très importante de ces propos à la fois sur les sites liés à l’extrême droite et sur les sites à connotation religieuse. Ces déclarations se résument à trois poncifs :l’homosexualité est une maladie mentale, les homosexuels sont des pédophiles, ils sont responsables de l’épidémie de SIDA.

    « Internet agit comme un miroir grossissant du réel » explique Bartholomé Girard président de l’association. « L’homophobie recule dans notre société, Internet est l’un des derniers endroits où elle peut s’exprimer. De façon générale, toutes les discriminations sont omniprésentes sur la toile. »

    Homophobes 2.0 Les réseaux sociaux ne sont pas épargnés par les attaques homophobes. On trouve ainsi sur Facebook un groupe intitulé « pour marquer au fer rouge toutes ces gouines de féministes » ou une « pétition pour interdire l’homosexualité en France objectif Août 2014 ». Les réseaux sociaux sont aussi le théâtre d’attaques directes à l’encontre de personnes. L’association a recueilli de nombreux témoignages de victimes, les commentaires allant parfois jusqu’à la menace de mort. Une situation qui inquiète tout particulièrement Bartholomé Girard. « Les réseaux sociaux sont devenus un des premiers moyens d’expression des adolescents. A cet age on est plus fragile. Suite à certaines menaces certains tombent en dépression, c’est un phénomène qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère. »

    67 % DES AGRESSIONS HOMOPHOBES SONT FAITES PAR DES ETUDIANTS (Source: SOS homophobie)

    Quand eBay et Yahoo s’y mettent L’homophobie sur le net n’est pas seulement le fruit d’individus isolés ou de sites d’extrême droite. Ainsi le moteur de recherche Yahoo images affiche le filtre de protection des mineurs lorsqu’on lance une recherche avec le mot homosexuel ce qui n’est pas le cas pour le terme hétérosexuel. D’autres entreprises sont épinglées par l’association. En octobre dernier le site de vente en ligne eBay organise un concours ouvert aux couples. Premier prix : un an dans un meublé au cœur de la capitale. Le règlement stipule explicitement que les couples candidats doivent être composés d’un homme et d’une femme. EBay interrogé par LePost déclare « s’excuser » mais ne voit pas « où est le mal d’exiger des candidats qu’ils soient hétérosexuels »

    Quelles réponses apporter ? SOS homophobie essaye de réagir « en ayant une présence positive sur le net ». L’association accompagne les victimes dans leurs démarches juridiques mais « la plupart des sites extrémistes ou même les réseaux sociaux sont basés à l’étranger. Il est donc difficile de porter plainte s’ils refusent de retirer un article ou un commentaire. Nous allons sans doute organiser une journée de sensibilisation avec les webmasters des sites de presses. Leur réaction est aujourd’hui souvent très lente. » L’association aimerait inscrire cette question dans le cadre d’un débat plus large. « Pourquoi ne pas imaginer un CSA du web capable de sanctionner les sites qui débordent. »

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit. Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société. Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, soutenez StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    En savoir plus sur Streetpress

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER