En ce moment

    18 / 05 / 2011

    « Du champagne dans ma flute / Dominique / Branche-moi avec une de tes putes / Dominique »

    Le rappeur Seno: « J'ai écrit la bande originale de la chute de DSK »

    Par Mathieu Molard

    Le rappeur Seno « n'a pas sa carte au PS » mais il a décidé de rendre hommage dans un super morceau au socialiste qui « pourrait être son rappeur préféré ». Après Rikers, une possibilité de reconversion pour DSK?

    Seno – Libérez Dominique

    Pourquoi DSK?

    La première chose qui m’a interpellée c’était de voir comment une personne aussi influente pouvait se faire descendre en seulement quelques heures. Des éléments complètement fous s’accumulent à un rythme effréné. Après ce que je trouve intéressant dans cette histoire, c’est qu’elle met en avant certains parallèles entre le monde du hip hop et la politique: le machisme, l’argent, les femmes… En fait DSK ça pourrait être mon rappeur préféré!

    T’as pas peur de te faire mordre par les chiennes de garde?

    Si ça doit arriver, ça arrivera. C’est vrai que j’ai remarqué que le second degré n’est pas donné à tout le monde. C’est aussi pour renforcer le décalage qu’on a fait un montage avec des images trouvées sur le net. Mais pour clarifier les choses: je ne cautionne pas le viol, si viol il y a eu et je n’ai pas ma carte au PS. Ce morceau est une blague, un peu potache. C’est ma conception du hip hop. Et c’est aussi par la « caricature »qu’on dénonce certaines dérives. Après je surveille les commentaires laissés sous la vidéo, mais il y a eu plus de propos antisémites que sexistes. Et bien sûr je modère.

    Maintenant que tu fais partie du monde politique, tu prépares comment les présidentielles?

    Je ne suis pas encore très expérimenté. La preuve dans le morceau j’ai confondu Hollande et Bayrou. J’ai écrit la bande originale de la chute de DSK. Si d’ici là je gagne en notoriété, je ferais peut-être le morceau de la campagne.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress