En ce moment

    26/06/2012

    12 techniques plus ou moins efficaces

    Des pom'potes au gel douche : comment faire entrer de l'alcool dans un festival ?

    Par Céline Mouzon

    Ah les festivals, les bières coupées à l'eau et le vin qui tape sur le crâne. Et bien sûr, impossible d'y faire entrer de l'alcool. Un drame que StreetPress t'aide à éviter. Techniques testées et approuvées à Solidays, le week-end dernie

    1. La moins illégale : les potes bénévoles

    En théorie, ils sont interdits d’alcool comme tout le monde. En pratique, ils ne sont jamais contrôlés. Sachez que ça marche aussi avec les membres d’associations pour les festivals qui comptent des villages associatifs (genre si ta meilleure pote milite au WWF, t’as peut-être des chances de passer).

    Variante : faire passer de l’alcool à un pote déjà sur le festival. Les grillages ont plein de trous.

    Quantité que vous pouvez faire passer : illimitée.

    2. La plus efficace : les pom’ potes

    Une valeur sûre. En plus, ça vous permet de disséminer l’alcool entre vos innombrables sacs et poches. Il y en a bien quelques-uns qui passeront.

    Quantité que vous pouvez faire passer : environ 10 cl par pom’potes.

    3. La moins fiable : les packs de bouteilles

    Par exemple, de la vodka ou du rhum dans un pack de bouteilles d’eau. Ou de la vodka-coca dans un pack de coca. Mettez à profit votre dextérité pour retirer les bouteilles de l’emballage plastique et les remettre comme si de rien n’était. Les bouteilles doivent avoir l’air scellées.

    Inconvénient : technique éculée. Une fouille basique en viendra à bout sans peine. Après, vous pouvez toujours essayer (voir plus loin ce que vous risquez si vous vous faites choper).

    Quantité que vous pouvez faire passer : de 50 cl à 9 L (si vous avez beaucoup de chance)

    4. La plus classique : le Tétra Pak

    Prenez votre bouteille de carton, faites un trou sous une des deux languettes que vous recollerez ensuite soigneusement.

    Quantité que vous pouvez faire passer : de 1,5 L à… beaucoup.


    Ingénieux mais déjà vu (photo : antjeverena)

    5. La plus amateure : les sweat-shirt

    Enrouler sa bouteille remplie d’alcool dans un sweat-shirt. Ça peut passer sans problème, surtout si vous appliquez les techniques réflexes (voir ci-contre).

    Variante (élaborée) : optez pour un Sarouel ou un baggy. Mettez les bouteilles derrière les mollets et/ou les cuisses. Le scotch est votre meilleur ami.

    Quantité que vous pouvez faire passer : jusqu’à 2 L (plus technique au-delà)

    6. La plus fiable : le Tupperware de bouffe ou le sandwich

    Autant de réceptacles qui, bien aménagés, peuvent accueillir une fiole. Si vous choisissez le mode Tupperware, privilégiez un contenu compact, type salade de riz. Vous y nicherez délicatement votre fiole. Si vous préférez le côté sandwich, remplacez la mie du pain par une fiole dans la partie inférieure. Recouvrez de papier alu. Agrémentez la partie supérieure du sandwich d’une tranche de jambon. Le geste qui tue : entrer avec son sandwich à la main pour narguer l’adversaire.

    Quantité que vous pouvez faire passer : de 5 à 10 cl.

    7. La plus délicate : le paquet de céréales

    Si vous êtes sur le camping (sinon, ça fait quand même louche que vous vous baladiez avec des céréales), remplacez une partie des Miel Pops par une bouteille de votre alcool préféré. Astuce : prenez garde à ne pas trop alourdir le paquet de céréales. Ça risquerait de vous trahir.

    Quantité que vous pouvez faire passer : 50 cl par paquet. Sachant que trop de paquets tue le paquet.

    div(border). h4>Pourquoi la bière est bannieL’alcool est interdit dans les festivals pour deux raisons : la santé et la sécurité. La santé parce que les comas éthyliques, c’est pas cool. La sécurité, parce que les bastons ou les agressions sexuelles, entre festivaliers ou à l’encontre des bénévoles, ça craint. Et puis peut-être aussi pour une troisième raison (plus douteuse) : c’est pas sympa de marcher sur les platebandes des sponsors.

    8. La plus ingénieuse : le gel douche

    Améliorez la technique éculée du gel douche ! Dévissez le capuchon et procédez à l’échange en prenant soin de bien remplir : la densité de matière n’est pas la même. Fermez avec du scotch. Mettez du gel douche dans la partie supérieure du capuchon. Le bénévole qui ouvrira pour vérifier qu’il s’agit bien de gel douche (ou de shampoing) sera rassuré.

    Quantité que vous pouvez faire passer : comptez 30 cl pour un gel douche et de 40 à 50 cl pour le shampoing.

    9. La plus bourrine : votre bonne vieille bouillotte

    Se combine avec la tente ronde, rouge et qui finit par « chua ». La bouillotte se dissimule entre les plis de la tente.

    Inconvénient : l’odeur de plastique au moment de la dégustation.

    Quantité que vous pouvez faire passer : 1,5 L.

    10. La plus chronophage : le produit à lentilles

    Utilisez une seringue pour vider et surtout remplir la bouteille. Bien refermer, pour qu’elle ait l’air scellée. Astuce : n’oubliez pas votre vrai produit à lentilles – si vous portez des lentilles, bien sûr, parce que le mélange vodka-yeux peut vous ruiner la rétine.

    Quantité que vous pouvez faire passer : 25 cl.

    11. La plus incongrue : les lingettes hygiéniques

    Enlevez quelques lingettes et remplacez-les par une flasque d’alcool. Attention : si la boîte s’ouvre et que les lingettes ne sont pas bien disposées, ça risque d’attirer l’attention…

    Quantité que vous pouvez faire passer : 10 cl.

    12. La plus expérimentale : le gonfleur de votre matelas de camping

    Remplissez bien pour qu’on n’entende pas les glouglous du divin breuvage.

    Quantité que vous pouvez faire passer : 2,5 L.


    Reste plus qu’à le planquer (photo : Arthur40A)

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER