En ce moment

    18/05/2010

    Mais qu'est ce qu'ils foutent à Cannes ? Gilles vendeur à la criée, bègue

    Par Jacques Torrance

    Quatrième volet de la série « Mais que viennent-ils faire à Cannes? » Aujourd'hui Gilles, vendeur à la criée du journal Libération, handicapé par un bégaiement.

    « Chaque saison, je suis engagé par le journal Libération comme vendeur à la criée ». Gilles, la quarantaine, est toute l’année jardinier municipal. Mais quand vient l’heure du festival de Cannes, il se transforme en vendeur de journaux à la criée. Et ce, malgré un bégaiement handicapant qui s’évapore sitôt qu’il harangue les festivaliers.

    Libération le journal des festivaliers

    « Pendant le Festival, Libé se vend mieux que les autres journaux, explique t-il, car les gens du cinéma sont souvent de gauche ». Nous approuvons son analyse sociologique pertinente: les vendeurs à la criée de France Soir confessent avoir du mal à écouler plus de 20 exemplaires par matinée. Gilles lui « en vends en moyenne 2.300 pendant les 10 jours avec certaines matinées des pics à 300 ». En plus, il touche 15% de la recette totale à la fin de la journée. Alors la vie est belle.

    Reste qu’il possède un autre avantage sur ses concurrents: Il vend des journaux à la criée depuis ses 13 ans, et a même gagné dans son enfance le titre de « meilleur vendeur » des plages de la Côte d’Azur.








    En partenariat avec Fluctuat

    *A lire aussi sur StreetPress les deux premiers volets de la série « Mais qu’est-ce qu’ils foutent à Cannes ? » avec Stéph et Jérémy adeptes des Passes Magiques , Eric Roux, Ministre de l’Église de Scientologie et Arnaud Van De Casteele, Docteur en Absinthologie

    Source: Jacques Torrance | StreetPress et Fluctuat

    Soutenez StreetPress, tant qu’il est encore temps.

    La bataille contre l’extrême droite est rude. Nous la menons de tout notre coeur, de toute notre âme, avec toute notre énergie. Rien ne nous fera reculer, ni l’adversité, ni les menaces. Car nous ne savons que trop bien ce qu’il peut arriver si Jordan Bardella prend la tête d’un gouvernement.

    Nous faisons tout notre possible pour empêcher cette bascule. Nous devons aussi anticiper le pire. Si l’extrême droite arrive au pouvoir, le travail sera encore plus important et les obstacles plus nombreux. Financiers, notamment.

    👉 Demain nous ne pourrons compter que sur votre soutien pour financer notre rédaction de 16 journalistes et vidéastes. Il nous faut convaincre dès à présent 7700 donateurs mensuels. Vous êtes à ce jour déjà 954 donateurs à nous soutenir chaque mois.

    Je fais un don mensuel à StreetPress   
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER