En ce moment

    12/03/2013

    Des légumes ou du vin « atomiques »

    Ils développent le « Made in Fukushima »

    Par Romain Le Jeune

    Ils se lancent dans le tourisme, produisent un vin «atomique», dirigent une crèche ou surfent sur le label Made in Fukushima pour vendre leurs fruits et légumes. Rencontre avec ceux qui croient qu'à Fukushima «les légumes sont plus sûrs»

    Deux ans après la catastrophe de Fukushima, les riverains de l’atome se battent pour relancer l’économie de leur bout de terre cramé par les radiations.

    Ici et là germent des idées surprenantes, presque folles vu de notre côté du globe : monter une nouvelle centrale écologique à quelques encablures des réacteurs dévastés, lancer un label de produits agricoles made in Fukushima, produire « un vin atomique », ou surfer sur le tourisme autour de la catastrophe. Et que penser de ce couple qui a choisi de quitter Tokyo pour se lancer dans l’agriculture, justement à l’ombre des anciens réacteurs ?

    Romain Lejeune s’est rendu à Fukushima, avec Naoko Seki et Junko Kasahara. Ensemble ils ont rencontré ces Japonais qui se réinstallent près de la centrale.

    Les portraits

    « De l’électricité propre à Fukushima » Katou Katsuichi lance une nouvelle centrale électrique à Fukushima

    « Du tourisme en zone irradiée » Shinobu Nakazato va ouvrir une chambre d’hôtes à Fukushima

    « On a choisi de venir quand même » Massanori et Yoshié Kobayashi ont déménagé à Fukushima après la catastrophe

    « Bien sûr, on va faire un vin atomique ! » Motohiro Seki et Seiji Saito viennent de planter un vignoble à Fukushima

    « Maintenant, ils ont pris l’habitude » Setsuko Kurihara dirige la crèche de Fukushima

    « Ici les légumes sont plus sûrs qu’ailleurs » Noboru Saito fait la promotion des légumes made in Fukushima

    CLIQUEZ POUR DECOUVRIR TOUS LES PORTRAITS DE FUKUSHIMA :








    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER