En ce moment

    09 / 07 / 2010

    Échange d'espions entre Moscou et Washington

    Par Marine Selles

    Les Etats-Unis et la Russie se sont mis d'accord: les 10 espions présumés du KGB, arrêtés le 28 juin dernier par le FBI vont être échangés contre 4 agents secrets occidentaux emprisonnés à Moscou.

    Des échanges de prisonniers entre USA et Russie : cela aurait pu être le dernier scénario de James Bond.  Bien au contraire, les faits se passent aujourd’hui.  

    font color=“red”>Qui: Les 10 espions présumés du KGB arrêtés il y a une dizaine de jours par le FBI.

    font color=“red”>Quoi: Un échange devrait avoir lieu entre les États-Unis et la Russie : Les 10 agents secrets devraient être échangés contre 4 espions présumés occidentaux détenus par la Russie. Un échange digne d’un scénario ‘james-bondesque’ sur fond de Guerre Froide.

    font color=“red”>Pourquoi: Des raisons de « sécurité nationale » ont été avancée par Washington, en d’autres termes, une façon d’enterrer la hache de guerre entre les deux puissances et de pouvoir reporter son attention sur des problèmes plus actuels comme la relance.

    Source: Marine Selles | StreetPress

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER