En ce moment

    11/06/2013

    Mettez vos masques à gaz

    Photos : La police turque essaie de reprendre de force la place Taksim

    Par Marie Tarteret

    Mardi matin, la police stambouliote a tenté de déloger les manifestants de la place Taksim. Mais les indignés turcs ne se sont pas laissés faire, et en fin d'après-midi la place était toujours un champ de bataille.

    Mardi matin, la police est intervenue pour reprendre le contrôle de la place Taksim et du parc de Gezi , occupés depuis le 28 mai par des milliers de personnes exaspérées par la politique conservatrice et liberticide de l’AKP, le gouvernement turc actuel. La police a encerclé les lieux, et tenté de pénétrer dans le parc en début d’après-midi, mais sans succès. Les affrontements ont ensuite démarré autour du parc Gezi et de la place Taksim. Les manifestants ont lutté toute l’après-midi pour faire reculer les forces de l’ordre, à coups de jets de pierres et de bombes lacrymogènes qu’ils n’avaient qu’à ramasser et renvoyer aux policiers, derrière des barricades de fortune. Pendant ce temps, le parc était toujours occupé. On y distribuait de l’eau, des fruits et l’on aspergeait régulièrement le visage des manifestants avec une solution spéciale destinée à amenuiser les douleurs causées par les gaz qui fusaient de toute part. La police poursuit actuellement sa progression vers le parc. L’usage des bombes lacrymogènes est tel qu’il est difficilement possible de se rendre sur les lieux en ce début de soirée.


    Les manifestants sont rassemblés pour faire face à la police, intervenue ce matin pour reprendre la place Taksim


    En première ligne, les slogans fusent : “Taksim nous appartient, Istanbul nous appartient”, crie t-on derrière les barrières


    La police tente de reprendre la place Taksim en encerclant les lieux


    La colère monte au fil de la journée


    Des volontaires jettent dans les yeux des manifestants du produit spécial qui atténue les effets des gaz lacrymogenes


    Les manifestants tentent de faire reculer la police. Ä°ls se réfugient derrière des barricades montées avec tout ce qu’ils trouvent sur place


    Les manifestants combattent devant une foule de spectateurs, sous les roulements de tambour


    A chaque jeté de bombes lacrymogènes par la police, il faut battre en retraite


    La lutte entre policiers et manifestants a lieu aux abords de la place Taksim


    Les assaillants esquivent tant bien que mal les attaques des policiers


    Vers 17h, les leaders du mouvement demande l’arrêt des combats en brandissant un t-shirt blanc devant les policiers. Mais rien n’y fait

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress lance la plus grande enquête participative sur l'extrême droite en France. Notre média indépendant repose sur votre soutien, sans vos dons, nous mourrons. En savoir plus →

    mode payements
    Aidez-nous à combattre l’extrême droite

    Nous nous apprêtons à lancer la première plateforme d’enquête participative dédiée à l’extrême droite en France. Ce portail simple et sécurisé, permettra de collecter un maximum d’informations. Chaque citoyen pourra signaler la présence et les actions des groupuscules ou militants d’extrême droite.

    Jamais un média français n’a mis autant de moyens dans un projet d’enquête dédié à l’extrême droite. Nous travaillons au développement d’une plateforme sécurisée et nos journalistes vont pendant plus d’un an explorer la matière collectée. Nos spécialistes vont multiplier les enquêtes sur les violences de l’extrême droite, mais aussi ses sources de financement et ses appuis politiques. Nous proposons aussi de réaliser une cartographie interactive documentant de manière exhaustive les près de 150 groupuscules présents sur le territoire. Et enfin, nous réaliserons un manuel de riposte gratuit, proposant des pistes pour les combattre sur le terrain.

    Ce projet très ambitieux va coûter à StreetPress plus de 100.000 euros. Et comme nous ne pouvons pas compter sur l’argent de Bolloré, on a besoin de vous.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER