En ce moment

    02 / 09 / 2010

    Aviez-vous le look Jeunes Pops ?

    Au campus d'été des jeunes UMP au Port-Marly (78): Beaucoup de foie gras, peu de militants

    Par léo Philippe

    Les organisateurs avaient réservé 1.200 couverts, ils n'étaient que 900 Jeunes Pops au Campus d'été du mouvement. Du coup, malgré les restrictions budgétaires, les militants ont pu reprendre du rab' de foie gras.





    Campus d’été 2010: Aviez-vous le look Jeunes Pops ?
    Portraits, mardi au Port-Marly, par Mathieu.

    Yoann de Toulouse, rougi par des coups de soleil – et par les verres de kir qu’il s’enfile pose le cadre : « Cette année la restriction s’impose. Le budget (entre 200 et 400.000 euros) a été divisé par quatre. Pour l’instant, on n’a eu droit qu’à des petits fours. On est assez déçus d’être à Paris, on aurait préféré être à la plage. Seuls les plus actifs des militants sont venus ici. Nous, on est que 19 à s’être déplacés. La plus grosse cohorte est celle de Paris. »

    Quelques palmiers et des plantes en plastique

    Car après le Campus d’été précédent des Jeunes Pops (sur 3 jours, à Seignosse, dans le Pays Basque), voici les jeunes de l’UMP qui tiennent leur grand rendez-vous annuel à Port Marly. Nous sommes à 20 kilomètres de Paris, dans le 78. Ici faute de plage, pas de tongs UMP. Et les quelques palmiers, statues maoris ou plantes en plastique qui décorent la salle font difficilement illusion.

    Lancar fait porter le chapeau à la SNCF

    Exit donc la « grande journée » avec « beaucoup, beaucoup d’ambiance » promise par Benjamin Lancar, le président des jeunes pops reconduit cet été à la tête du mouvement, qui nous explique que le semi-échec du campus 2010 est en partie du… aux retards de trains causés par la SNCF (encore la faute à la SNCF?): « Nous sommes 900 participants, j’en attendais plus. Mais avec les retards beaucoup se sont désistés! »

    La teuf annoncée s’efface donc derrière les guerres internes du parti (Fillon vs. Copé, Copé vs. Bertrand) et les pronostics sur le prochain remaniement ministériel. Du coup, Fillon – guest star du jour – doit retrousser ses manches pour chauffer la salle :
    « La seule bataille qui vaille est la bataille des idées. Il faut être fier de réaliser ensemble ce projet de réforme avec le président de la République. Soyez la génération du courage. Il ne faut pas se contaminer par le scepticisme de la politique », harangue-t-il. A la fin de son discours applaudi et ovationné par des « Fillon…Fillon …Fillon », les jeunes pops étaient surtout heureux que la journée de travail se termine pour enfin profiter de « l’apéritif convivial ».

    «Avec les retards [à la SNCF], beaucoup se sont désistés! » Benjamin Lancar

    Le t-shirt « Estrosi 06 » fait un carton chez les Niçois

    Mais le buffet reste très calme. On entend presque les mouches voler au-dessus des assiettes de gratin, saumon à la crème… et surtout foie gras à la confiture de figues, un vrai régal. Les militants, qui sont nombreux à nous confier être étudiants en droit, restent en bande, comme si le Campus d’été était une grande cour de récréation. Chaque fédération essaye tant bien que mal de se faire remarquer des médias. Les plus bruyants sont définitivement les Marseillais et les Niçois, avec leurs t-shirts oranges « Estrosi 06 ».

    La promesse de Nadine

    La soirée s’enlise et beaucoup de journalistes louchent sur leurs montres ou leurs smartphones dans l’espoir que la journée se termine ou qu’un événement incroyable se produise. Mais non. Seule surprise, la playlist : A Port-Marly, les Jeunes Pops ont zappé Johnny Hallyday et Gilbert Montagné, pour des trips mystiques à la Twin Peaks (la série TV fantastique de David Lynch). Un must pour Nadine Morano, tailleur gris, qui nous promet à 22h30 : «  Oui, je vais enflammer le dancefloor ! Comme tous les ans depuis 25 ans. A l’UMP on aime danser, bouger, travailler, c’est ça la vie! ».


    «A l’UMP on aime danser, bouger, travailler, c’est ça la vie!»
    Nadine M.

    Source: Léo Philippe | StreetPress
    Photos: Mathieu pour StreetPress

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress