En ce moment

    02/12/2014

    Lolcats, pizza et lingots d'or

    Quizz : Justin Bieber ou un djihadiste, qui a posté ces photos ?

    Par Frantz Durupt , Maëlle Lafond

    Sur les réseaux sociaux, certains djihadistes postent des photos de cadavres et… des lolcats. Souvent des combattants venus d’Europe avec leurs codes. Une manière également de faire de la propagande et « s’adresser à d’autre Européens pour les recruter ».

    Le quizz est en train de charger depuis Quizity.com, le site pour créer un quiz, veuillez patienter…


    Bien mignon ce petit chaton . Sauf que la personne qui le photographie est un jeune homme en guerre aux côtés de l’Organisation de l’Etat Islamique (OEI). Et dans la timeline Twitter de ce garçon, le chat est précédé de photos de cadavres décapités. Voilà ce que racontent certains des comptes Twitter de ces soldats : je suis avec des amis, c’est la guerre c’est l’aventure, et c’est aussi de bons moments de camaraderie. Et cela se raconte avec des photos sur les réseaux sociaux, comme le ferait n’importe quel adolescent du monde.

    Il faut dire qu’un certain nombre de ces combattants est venu d’Europe, avec leurs codes : « Ces jeunes ont grandi dans une culture visuelle qui n’a rien à voir avec la culture visuelle du monde islamique », explique ainsi à StreetPress Asiem El Difraoui, auteur d’“Al-Qaïda par l’image”:http://www.amazon.fr/Al-Qaida-par-limage-proph%C3%A9tie-martyre/dp/2130586694 . Résultat : on trouve sur leurs comptes Twitter des photos de bonbons, de desserts, ou de moments de détente qui pourraient aussi bien avoir été prises par n’importe quel adolescent français ou américain. Pas sûr, d’ailleurs, que vous puissiez distinguer les photos d’un djihadiste de celles postées par Justin Bieber.

    Propagande

    L’objectif ? « S’adresser à d’autres Européens pour les recruter », en « montrant une certaine normalité », explique Asien El Difraoui. D’ailleurs, remarque-t-il, « c’est sur les comptes de propagandistes européens qu’il y a le plus de lolcats. ». D’abord partie intégrante de la stratégie de communication de l’OEI, qui a « donné la matière idéologique » aux jeunes combattants, cet étalement intime semble avoir marqué un coup d’arrêt récemment, souligne Asiem El Difraoui :

    « On leur a expliqué qu’il fallait arrêter à cause de problèmes de géolocalisation. »

    Effectivement, poster un selfie de soi en armes sur Instagram, c’est peut-être rigolo, mais ça peut aussi donner des infos à l’ennemi. Le compte twitter @maxabbes, dont sont extraites plusieurs photos du quizz est d’ailleurs désormais fermé.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER