En ce moment

    17/05/2022

    Les vendeuses de brochettes

    De la vente à la sauvette à la cuisine solidaire : bienvenue chez les Mamas de Grigny

    Par Matthieu Bidan , Thomas Porlon

    Elles vendaient des brochettes sur des petits barbecues improvisés à la sortie de la gare de Grigny. Mais lassées des saisies de la police, une petite dizaine de femmes s'est regroupée dans une association où elles cuisinent désormais pour les précaires.

    La marmite crépite. L’odeur des oignons et de la sauce tomate embaume la cuisine de l’épicerie sociale L’intermède, au cœur de Grigny. Cinq femmes, toutes immigrées, s’affairent autour de la préparation du repas du jour. « Pâtes à l’africaine » et salade de fruits en dessert. Deux fois par semaine, les « Mamas de Grigny » préparent des plats à destination des plus précaires de cette ville populaire de l’Essonne.

    Des brochettes à la gare

    Devant la gare de Grigny Centre, un petit groupe de femmes assises derrière leur barbecue do it yourself s’activent alors que les bus et les trains défilent. Les clients se pressent devant leur stand de brochettes improvisé. Ce sont ces femmes qui se sont regroupées dans les « Mamas de Grigny », un groupe où elles peuvent passer de la cuisine informelle de la gare à une action solidaire dans un vrai local. Elles alternent entre les jours devant la gare et les jours dans la cuisine prêtée à l’association. Sans ça, elles ne pourraient pas subvenir à leurs besoins. Cécile, l’une des figures du groupe, regrette cette situation :

    « A la gare, on n’est pas tranquilles. La police nous contrôle souvent. Ils jettent toute notre viande, ça nous fait du mal. »

    Elles ont donc monté cette association en 2019, accompagnées par Roberta, cheffe de projet pour l’ONG GRDR. Mafé, tiep, yassa, couscous, elles cuisinent à plusieurs, apprennent les règles d’hygiène et à gérer des stocks. Elles rêvent aujourd’hui d’un plus grand local où elles pourraient ouvrir un restaurant solidaire.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER