En ce moment

    07 / 12 / 2018

    Lacrymos pour tous !

    Le ministère de l’Intérieur a refait ses stocks de lacrymos

    Par Mathieu Molard , Tomas Statius

    Selon une rumeur insistante, ce samedi 8 décembre, les CRS pourraient tomber en rupture de stock de lacrymogènes. Contacté par StreetPress, le ministère de l’Intérieur explique avoir racheté du matos.

    À Tolbiac ce mercredi, l’AG étudiante vote le blocage et rejoint officiellement le mouvement des gilets jaunes. Ils veulent « foutre le zbeul ». Salah étudiant en L2, lance à l’assemblée :

    « On a les moyens de faire des trucs. La police est dans le bourbier, ils n’ont plus de lacrymos. »

    Et si ce samedi, les forces de l’ordre tombaient en rade de lacrymos ? Depuis plusieurs jours, la rumeurs circule, réjouissant les uns, inquiétant les autres. Car côté policiers, on craint la panne sèche. « On arrive au bout des stocks », s’inquiète un syndicaliste CRS. Plusieurs fonctionnaires jugent l’hypothèse sérieuse.

    Du côté du ministère de l’Intérieur, contacté par StreetPress, on veut rassurer les troupes :

    « Après rebouclage, aucune alerte sur un problème de stock. Des complètements ont été opérés cette semaine. »

    Ce qui pourrait se traduire par : après vérification, aucun problème de stock. On a fait les courses dans la semaine.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER