En ce moment

    07 / 12 / 2018

    Lacrymos pour tous !

    Le ministère de l’Intérieur a refait ses stocks de lacrymos

    Par Mathieu Molard , Tomas Statius

    Selon une rumeur insistante, ce samedi 8 décembre, les CRS pourraient tomber en rupture de stock de lacrymogènes. Contacté par StreetPress, le ministère de l’Intérieur explique avoir racheté du matos.

    À Tolbiac ce mercredi, l’AG étudiante vote le blocage et rejoint officiellement le mouvement des gilets jaunes. Ils veulent « foutre le zbeul ». Salah étudiant en L2, lance à l’assemblée :

    « On a les moyens de faire des trucs. La police est dans le bourbier, ils n’ont plus de lacrymos. »

    Et si ce samedi, les forces de l’ordre tombaient en rade de lacrymos ? Depuis plusieurs jours, la rumeurs circule, réjouissant les uns, inquiétant les autres. Car côté policiers, on craint la panne sèche. « On arrive au bout des stocks », s’inquiète un syndicaliste CRS. Plusieurs fonctionnaires jugent l’hypothèse sérieuse.

    Du côté du ministère de l’Intérieur, contacté par StreetPress, on veut rassurer les troupes :

    « Après rebouclage, aucune alerte sur un problème de stock. Des complètements ont été opérés cette semaine. »

    Ce qui pourrait se traduire par : après vérification, aucun problème de stock. On a fait les courses dans la semaine.

    Aujourd’hui, nos emplois sont sauvés. C’est grâce à vous. Merci. Nous avons choisi de poursuivre cette campagne pour pérenniser notre modèle économique bien-sûr, et surtout pour inventer une autre façon d’être un média. Objectif : 70.000 euros avant le 15 novembre

    Je donne pour sauver StreetPress