En ce moment

    20/03/2017

    Un policier déguisé en journaliste crache sur un vrai journaliste

    Par Tomas Statius , Mathieu Molard

    Lors de la marche pour la dignité et l’égalité deux policiers déguisés en journalistes filment le cortège. Dépité d’avoir été confondus, ils s’emportent et l’un d’eux crache sur un confrère.

    Lors de la marche pour la dignité et l’égalité qui s’est déroulée ce dimanche 20 mars, StreetPress et Taranis News ont joué à un petit jeu : confondre les policiers costumés qui suivent le cortège et ses manifestants.

    Il n’a pas fallu longtemps à nos brillants détectives pour les débusquer. Appareils photos en main, casques de vélo accrochés aux sacs à dos et foulards masquant une partie de leurs visages, trois fonctionnaires de police suivaient les éléments les plus turbulents du cortège, à distance raisonnable. Les trois hommes sont connus des habitués des cortèges parisiens. Filmés lors de plusieurs manifestations par le journaliste de Taranis News, Gaspard Glanz, ils avaient juré, face caméra (ici et ), la main sur le coeur, être des journalistes indépendants.

    Mais quand StreetPress et le Monde viennent leur taper la discut’ boulevard Voltaire, les trois hommes ne mettent pas longtemps à dévoiler le pot-aux-roses. Ils ne sont pas journalistes mais bien policiers, reconnaissent-ils. L’échange est alors cordial…

    Je t’aime, moi non plus

    Lors de la marche, Gaspard Glanz a passé un petit moment avec la fine fleur du renseignement pour leur poser quelques questions. StreetPress avait en effet glissé à l’oreille de Glanz que les trois hommes nous avaient confié leur réelle profession . Ni une ni deux, le journaliste poil à gratter s’est mis en tête de leur faire cracher le morceau, face à sa caméra.

    Le climax de cette après-midi de cache-cache ? Un échange surréaliste entre le journaliste et les policiers, sous les yeux ébahis d’un observateur d’Amnesty International. Devant ce dernier, les trois hommes admettent ne pas être journalistes. Contrariés, les policiers traitent Gaspard Glanz de « tocard » et de « blaireau ». L’un d’entre eux finit même par cracher sur sa caméra.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Pour bien finir l’année, aidez-nous à atteindre les 100 000 euros avant le 11 décembre. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER