En ce moment

    27 / 03 / 2020

    « Zéro auto-entrepreneurs [à partir de] la semaine prochaine. »

    Franprix ne fera plus appel à des auto-entrepreneurs

    Par Mathieu Molard

    Ce jeudi 26 mars StreetPress révélait le recrutement de 45 auto-entrepreneur par Franprix. « Une pratique exceptionnelle, dans un contexte exceptionnel » assure l’enseigne qui promet d’y mettre fin immédiatement.

    « Zéro auto-entrepreneurs [à partir de] la semaine prochaine. » C’est l’engagement qu’a pris ce vendredi 27 mars, François Alarcon, le directeur Stratégie & Innovation de Franprix. La veille, StreetPress révélait que l’enseigne, filiale du groupe Casino avait recruté 45 auto-entrepreneurs pour travailler en caisse ou assurer le réassort en rayon dans ses magasins.

    Une première dans le secteur, à notre connaissance. « Ça ouvre la porte à l’ubérisation de toute une branche », s’inquiétait Sylvie Vachoux, sécretaire fédérale de la CGT commerces et services. « C’est une pratique exceptionnelle, dans un contexte exceptionnel », assure François Alarcon de Franprix :

    « Nous avons du renforcer l’ensemble de nos équipes dans un délais très bref pour assurer notre mission. Mais maintenant que nous avons pu nous réorganiser, nous allons arrêter de faire appel à des auto-entrepreneurs. »

    C’est par SMS quelques minutes plus tard que le directeur Stratégie & Innovation de Franprix « confirme zéro auto-entrepreneurs [à partir de] la semaine prochaine ». L’enseigne promet d’être attentive aux candidatures de ceux qui ont collaboré sous le statut d’auto-entrepreneur :

    « On a l’habitude de proposer des CDD, des CDI ou des contrats étudiants à ceux qui ont pu venir sur un renfort ponctuel. »

    Photo d’illustration issue de Wikimedia Commons

    On a choisi de faire différemment. Vous validez ?

    Contrairement à la plupart des médias, StreetPress a choisi d’ouvrir l’intégralité de ses enquêtes, reportages et vidéos en accès libre et gratuit.

    Pour sortir des flux d’infos en continu et de la caricature de nos vies, on pense qu’il est urgent de revenir au niveau du sol, du terrain, de la rue. Faire entendre les voix des oubliés.es du débat public, c’est prendre un engagement fort dans la bataille contre les préjugés qui fracturent la société.

    Nous avons choisi de remettre notre indépendance entre vos mains. Pour que cette information reste accessible au plus grande nombre, votre soutien tous les mois est essentiel. Si vous le pouvez, devenez supporter de StreetPress, même 1€ ça fait la différence.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER