En ce moment

    23 / 04 / 2020

    Big Mac sauce Covid

    12 McDonald's n’ont jamais fermé et ont mis en danger employés et clients

    Par Quentin Muller

    Sur les 1.500 McDonald's de France, 12 n’ont jamais fermé malgré la pandémie. Ils appartiennent au même homme: Bernard Simmenauer. Pour rester ouverts, il a fait prendre de graves risques aux salariés et clients. MacDo' veut généraliser ses méthodes.

    « Attends, je m’éloigne du restaurant… Je regarde autour… C’est bon, on peut parler », marmonne doucement Grégoire (1), employé de chez McDonald’s en Indre-et-Loire. « Je préfère être précautionneux. Je crois qu’on m’a balancé aux supérieurs parce que je me suis plaint des conditions sanitaires de travail. J’ai osé demander pourquoi on était les seuls à rester ouverts en France. » L’homme, âgé de 30 ans officie dans l’un des douze fast-foods à n’avoir jamais fermé pendant la pandémie, sur les 1.500 Macdos qui parsèment la France. Tous appartiennent à la franchise (2) de l’homme d’affaires Bernard Simmenauer, seul dans l’Hexagone à garder la frite dans l’huile et le steak sur le grill depuis la fermeture nationale des restaurants, le 14 mars dernier.

    Bernard Simmenauer a bénéficié d’une autorisation nationale, délivrée par le gouvernement Macron au Snarr (Syndicat National de l’Alimentation et de la Restauration Rapide), pour maintenir ses ventes à emporter. Un passe-droit dont il a pleinement profité non sans provoquer quelques troubles au sein de ses établissements. Le roi des Happy Meal et Maxi Best Of veut continuer de faire gicler le ketchup coûte que coûte.

    « On travaille chez McDo, est-ce une fonction essentielle au pays ? »

    Mais depuis presque deux mois, ses employés à Châtellerault, Vendôme, Amboise, Tours Grand Marché, Tours les Deux-Lions et La Ville aux Dames, ont manifesté de vives inquiétudes quant à leurs conditions de travail, comme l’a également raconté Médiapart début avril. Tiffany (1), salariée du McDonald’s de Tours les Deux-Lions, se souvient du fameux soir de l’annonce de la fermeture de tous les restaurants :

    « Le samedi 14 mars au soir, on a écouté l’annonce d’Edouard Philippe. Ma directrice était là et elle m’a dit que ce que je venais d’entendre ne valait rien tant que notre franchisé Bernard Simmenauer n’avait pas donné ses directives. On avait pour ordre donc de revenir le lendemain. »

    Le matin du 15 mars, alors que la majorité des commerces ou entreprises de France ont baissé le rideau et que les hôpitaux sont sur le pied de guerre, Tiffany se rend à son fast-food. L’étudiante a cogité toute la nuit : « On travaille chez McDo, est-ce une fonction essentielle au pays ? », se demande-t-elle. À son arrivée sur son lieu de travail, rien n’a changé. Seule la salle du restaurant est fermée :

    « Aucune mesure n’était mise en place. On n’avait ni masque, ni gant à disposition et quand on en demandait, nos supérieurs se moquaient de nous et nous balançaient : “Vous n’avez pas 70 ans”, “C’est qu’une grippe”. »

    La jeune étudiante craint alors pour sa santé et celle des consommateurs. Le 15 mars, la France compte déjà plus de 6.000 cas de Covid-19 recensés, dont 89 en Centre-Val de Loire, et 161 décès sur tout le territoire. « On avait peur d’être malades, de n’avoir aucun symptôme, et de se le transmettre tous entre nous et de finalement vendre des Big Mac contaminés ! », raconte la salariée de la franchise Simmenauer. Après plusieurs jours de réflexion, Tiffany demande finalement un droit de retrait avec deux de ses collègues. S’ensuit alors un long bras de fer avec son supérieur. « Personne ne voulait prendre la responsabilité de le signer. Apparemment, ça n’existe pas le droit de retrait chez McDo. Il m’a également menacé de nous coller des absences injustifiées. » Devant la pression de sa direction, une des deux collègues prend peur et flanche. De son côté, Tiffany obtient finalement la validation de son droit de retrait, sans savoir si elle retrouvera son poste.

    À LIRE AUSSI : Les chauffeurs-livreurs ont « l’impression d’être moins importants que l’économie du pays »

    Féroce répression

    Le 25 mars, elle reçoit finalement un courrier signé Bernard Simmenauer exigeant son retour au fast-food et lui signifiant la fin de son droit de retrait après la mise en place de nouvelles mesures sanitaires. « Ces nouvelles mesures, c’était de la théorie ! On avait en réalité seulement des caches-barbes et toujours pas de masques. Il y avait des gants et des délimitations de zones au sol pour qu’on soit tous à un mètre les uns des autres, mais c’est inapplicable… Pareil, le lavage des mains toutes les 15 minutes, je peux vous dire que ce n’est pas du tout respecté et qu’il n’y a personne derrière nous avec un chronomètre. »

    Le restaurant de Tours les Deux-Lions a fait récemment l’objet d’un droit d’alerte et d’une inspection du travail dont les conclusions se font toujours attendre. Quentin Couty, délégué du personnel du McDonald’s a été l’un des acteurs de la lutte sociale. Comme Tiffany, il raconte l’absurdité de son travail : « On ne comprend pas pourquoi on nous met autant en danger pour des menus McDonald’s ! On trouve ça ahurissant qu’en période de pandémie mondiale, avec des dizaines de milliers de morts et l’arrêt de l’économie, McDonald’s arrive à figurer parmi les entreprises essentielles à la vie des Français. Et, encore plus choquant, que seule notre franchise soit restée ouverte. On s’est sentis comme des cobayes pour tester des mesures de sécurité qui n’étaient pourtant pas au point. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/6914750483_71790e2472_k_1.jpg

    « On ne comprend pas pourquoi on nous met autant en danger pour des menus McDonald’s ! ». Photo d'illustration via "Flickr" / Crédits : Frédéric Bisson. Certains droits réservés.

    Les deux droits d’alerte déposés aux fast-foods de Tours les Deux-Lions et Tours Grand Marché ont depuis été retirés sous les menaces de licenciements massifs de Bernard Simmenauer. La majorité des droits de retraits demandés dans six restaurants ont également été annulés sous la pression du patron. Certaines primes ou promotions ont par ailleurs été gelées pour plusieurs « mutins », selon de nombreux salariés contactés. « Bernard Simmenauer joue sur le fait que beaucoup de jeunes employés de ses restaurants ne connaissent pas bien leurs droits ou que les délégués du personnel sont souvent élus sans même le vouloir… », commente Irvin Violette, membre actif de l’ONG ReAct (Réseau pour l’Action collective transnationale).

    « On sait qu’il a mis en danger la santé de ses salariés »

    Au siège de McDonald’s France, le cas de Bernard Simmenauer fait débat. Un cadre du groupe voulant rester anonyme confie : « Le discours qu’on a en interne, c’est que Bernard Simmenauer est un précurseur qui fait tout bien. À aucun moment, dans l’entreprise, on s’est plaint qu’il était ingérable. » Autrement dit, McDonald’s France a, au début de la fermeture nationale des restaurants, laissé faire sciemment son franchisé. Plusieurs sources affirment même que la maison-mère aurait envoyé des cadres observer les mesures sanitaires laborieuses bricolées par Bernard Simmenauer. Des informations intéressantes pour McDonald’s France qui, en parallèle, commençait tout juste à élaborer une organisation du travail adaptée au virus Covid-19. « On élabore en ce moment un guide sanitaire en s’entourant d’infectiologues, de bactériologues, ainsi que de hauts cadres du siège social à Guyancourt ; Ce que n’a pas fait Bernard Simmenauer. Il a monté ses propres mesures sanitaires tout seul, de son côté. »

    Une démarche qui surprend ce cadre du groupe : « Un jour, quelqu’un a demandé comment Bernard Simmenauer faisait pour être ouvert dès le 15 mars alors que nous, fin avril, nous n’avions toujours pas achevé nos recherches concernant une organisation du travail aux normes sanitaires. La directrice du réseau Simmenauer a répondu qu’il avait fait valider les mesures sanitaires auprès des autorités locales et que tout était réglementaire. Personne n’est dupe, en ouvrant dès le lendemain de l’annonce des fermetures nationales, on sait tous qu’il a mis en danger la santé de ses salariés. Peut-être dispose-t-il de pistons au niveau régional, qui lui permettent de faire comme il veut », s’interroge le cadre du siège de McDonald’s France.

    Amitié préfectorale

    Selon des témoignages de salariés, Bernard Simmenauer s’est plusieurs fois vanté à haute voix de sa relation privilégiée avec Corinne Orzechowski, préfète d’Indre-et-Loire. La réciproque ne semble pas infondée. En effet, si la décision d’autoriser aux fast-foods l’ouverture de leurs drives émane d’une autorisation gouvernementale, un préfet peut, par arrêté préfectoral, suspendre l’activité d’un restaurant « en cas d’urgence, notamment de danger ponctuel imminent pour la santé publique. Le représentant de l’État dans le département peut ordonner l’exécution immédiate, tous droits réservés, des mesures prescrites par les règles d’hygiène prévues », précise le code de la santé publique. Et, jusque-là, cette dernière ne s’est jamais opposée à l’ouverture ou au maintien d’activité d’aucuns des restaurants de Bernard Simmenauer localisés en Indre-et-Loire. Or, depuis mars, de nombreux salariés ont alerté les équipes de la préfète via une adresse mail créée pour répondre aux questions liées au Covid-19.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/macdo_tours_1.jpg

    Depuis mars, de nombreux salariés ont alerté les équipes de la préfète. / Crédits : DR

    Le 2 avril, Manuela Antonio, membre de la CGT d’Indre-et-Loire, a organisé une conférence de presse. Avec d’autres organisations syndicales, elle dénonce frontalement les conditions sanitaires précaires dans lesquelles opèrent les employés de Bernard Simmenauer. Corinne Orzechowski et ses équipes préfectorales sont alors dans la salle. « La préfète nous a répondus en évoquant une baisse de 50% des offres à Pôle Emploi et d’une hausse de 10% des inscriptions à Pôle Emploi. » Les chiffres avant tout. Malgré son nom à rallonge, la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation du travail et de l‘emploi) n’est pas plus bavarde durant la conf’. Pierre Fabre, directeur-adjoint départemental, assure que « les règles sanitaires sont respectées et le suivi est assuré en lien avec ses services. » À l’issue du point presse, les organisations syndicales, médusées par le peu d’éléments apportés par la préfecture, proposent un suivi de l’affaire McDonald’s. Près d’un mois après la réunion, « on ne les a jamais revus », assure la syndiquée. Le lendemain, initiée par l’ONG ReAct, une lettre ouverte est adressée à McDonald’s France. Manon Aubry et Leïla Chaibi, toutes deux députées européennes La France Insoumise, ainsi que de nombreux élus locaux, interpellent publiquement l’entreprise sur la « violation des normes sanitaires et les violations du droit du travail ».

    Contactée, la préfète n’a pas donné suite à nos demandes d’entretiens. Agacée, son attachée-presse va même plus loin : « Moi je vais vous dire, le journaliste qui écrit directement à la préfète, je ne lui donnerai jamais accès à elle ! J’ai jamais vu un journaliste faire cette démarche-là [demander la préfète directement en interview, ndlr], c’est le respect minimum. Il y a une certaine déontologie dans le travail. La préfète ne connaît pas monsieur Simmenauer, je ne vois pas le truc, c’est ça qui est dingue ! » De son côté, Pierre Fabre, à la Direccte, admet n’avoir aucun pouvoir révocatoire de fermeture des McDonald’s de Bernard Simmenauer. Quand on lui demande si ses services, ou ceux de la préfecture, ont été sollicités par le franchisé pour légitimer l’ouverture de ses restaurants après le 15 mars, il botte en touche. « Nous ne légitimons rien et ne maîtrisons en rien les décisions d’ouverture et de fermeture. Ce qui nous importe est le respect des règles de santé et de sécurité au travail. Nous y travaillons. L’inspection du travail, qui a opéré divers constats, va continuer de le faire pour arrêter les décisions susceptibles de s’imposer, peu importe ce que fait par ailleurs le dirigeant. » Selon un représentant national de la CGT pour la restauration rapide, il ne fait aucun doute que la préfecture, tout comme la Direccte, sont les complices de Bernard Simmenauer :

    « J’ai été en relation avec eux pour faire état des retours que j’avais des luttes dans les restaurants. On m’a envoyé chier et on m’a répondu que Simmenauer était quelqu’un de très respectable, qu’il crée beaucoup d’emplois dans la région. »

    L’Indre-et-Loire compte plus de 50.000 demandeurs d’emploi.

    Comédie musicale et kebab

    Avec l’approbation de la préfecture et la passivité intéressée de McDonald’s France, Bernard Simmenauer n’a ainsi jamais cessé l’activité de plus de la moitié de ses enseignes. Un problème de taille a toutefois a ralenti ses ventes : le manque de livraisons du fournisseur officiel de McDonald’s France, Martin Brower. Cette entreprise spécialisée dans la logistique et la distribution aurait cessé partiellement ses livraisons de légumes et de pains frais aux restaurants du franchisé, en raison d’une baisse de la demande. Ce qui a forcé des responsables ou managers à aller faire leurs courses directement aux supermarchés ou à s’échanger des produits parfois surgelés, par coffres interposés, sans précautions sanitaires et camions frigorifiques. Des pratiques que de nombreux salariés de McDonald’s ont pu confirmer, sidérés.

    Légalement, l’achat de produits alimentaires en dehors des circuits de distribution déclarés par le fast-food n’est pas interdit. Mais la manoeuvre pose des questions morales à l’heure où McDonald’s France communique abondamment sur la qualité et l’authenticité de ses ingrédients. « C’est la première fois que j’entends qu’un franchisé s’approvisionne au supermarché du coin ! », s’insurge le cadre du siège. « Il y a un service achat qui cible directement les matières premières et les valide. Il y a aussi tout un process qualité qui est fait autour de la traçabilité des produits et des matières premières vendues chez Mcdo. Il n’est pas chez le kebab du coin, Bernard Simmenauer ! Nous faisons beaucoup de publicités sur les matières premières achetées directement à des agriculteurs labellisés et dès l’instant où il va acheter en supermarché, toute cette image de marque n’est plus garantie. »

    Le cadre confie que le cas de Bernard Simmenauer est progressivement devenu embarrassant pour la branche française. La multiplication des inspections du travail et des mouvements sociaux dans ses fast-foods ont fini par ternir sa réputation. Ses douze restaurants ont d’ailleurs été intégrés en catastrophe à la communication de McDonald’s France, comme faisant partie des tests du siège, dans le cadre d’une réouverture nationale des drives. L’employé du siège confirme :

    « Les douze restaurants de Simmenauer ne faisaient pas partie de ceux que nous avons testé. Notre direction a juste eu besoin de justifier leurs ouvertures en disant que ça faisait partie de leurs essais, car les scandales autour de Bernard Simmenauer deviennent tellement gênants. »

    De nombreux drives s’apprêtent donc à rouvrir en France. Leur organisation de travail reposera en partie sur les observations réalisées dans la franchise controversée. Après presque deux mois de luttes acharnées pour quémander des mesures sanitaires plus efficaces, censées éviter toute contamination aussi bien chez les salariés que chez les clients, Charles (1), employé du restaurant Tours Grand Marché, ne reconnaît plus son travail. « Aujourd’hui, quand on veut aller chercher quelque chose dans les stocks, c’est comme dans une comédie musicale. Tout le monde s’arrête et opère une rotation synchronisée pour s’écarter à un mètre de la personne. Les managers n’assument plus leurs rôles et sont devenus agents de la circulation. Il y a une charge mentale immense pour contrôler tous ses mouvements et toujours rester à un mètre de chaque collègue. Ils ont mis des rubalises (bande rouge et blanche) et tendeurs au sol et en l’air partout dans le restaurant pour faire respecter ça. Résultat, on se prend les pieds dedans ou on se baisse pour les éviter », raconte l’employé, exténué. Ce jeune étudiant n’a pourtant pas le choix :

    « Simmenauer joue sur notre précarité à toutes et à tous pour nous tenir. Moi j’ai besoin de ce job, sinon je suis foutu. Déjà qu’avec cet emploi, je ne me fais jamais plaisir. Je m’achète aucune fringue, rien… C’est pour survivre que je travaille pour lui. »

    (1) les prénoms ont été modifiés à la demande des salariés.

    (2) Une franchise est une entreprise née d’un accord commercial et juridique entre un particulier et un groupe national ou international. L’accord porte sur le rachat d’un savoir-faire ou d’une marque dont le groupe reste propriétaire.

    Chez StreetPress, aucun milliardaire n'est aux commandes et ne nous dit quoi écrire. Nous sommes un média financé par des lecteurs, comme vous. Devenez supporter de StreetPress, maintenant.

    Je soutiens StreetPress