En ce moment

    15 / 09 / 2020

    « C’est parfaitement illégal »

    Le préfet de Paris a bien ordonné l’arrestation préventive de Gilets jaunes

    Par Mathieu Molard , Christophe-Cécil Garnier , Yann Castanier

    En amont des manifestations de Gilets jaunes, les forces de l’ordre ont pratiqué de nombreuses arrestations préventives. Le gouvernement l’a toujours nié mais StreetPress s’est procuré les documents qui détaillent ces consignes (illégales).

    Il s’agit de trois documents qui émanent de la préfecture de police de Paris. Sur deux pages, ils listent les consignes de l’institution aux forces de l’ordre pour l’encadrement des rassemblements de Gilets jaunes prévus le week-end suivant. Les deux premiers ont été paraphés de la main du préfet Michel Delpuech, le 1er puis le 7 février 2019. Il annonce un dispositif « renforcé ». Le troisième est signé Didier Lallement, son successeur. Le 22 mars 2019, il promet lui, par écrit, « une stratégie offensive, conçue pour apporter une réponse particulièrement ferme et réactive aux troubles à l’ordre public ».

    Si l’accroche des documents diffère, ils comportent ensuite plusieurs paragraphes simplement copiés-collés, d’une fois sur l’autre. Et notamment une série d’instructions visant à « prévenir la venue sur Paris d’individus potentiellement violents ». Dans les trois cas, il est demandé aux fonctionnaires de procéder à des arrestations préventives, ce qui est illégal.

    Saisies préventives

    Dans le détail, dès 6 heures du matin, des points de contrôles dans les gares ferroviaires et routières mais aussi au niveau des « péages autoroutiers et sur les axes structurants d’Île-de-France » doivent être mis en place. Au programme, contrôles d’identité, fouilles des bagages et des véhicules.

    gilets jaunes – arrestation… by Mathieu Molard

    Avec trois objectifs : « Identifier les individus faisant l’objet d’une interdiction de se rendre à Paris. » Ce qui n’a rien d’illégal. Mais aussi repérer et saisir les « objets pouvant servir d’armes par destination » – ce n’est pas une arme mais peut être utilisé comme tel, une boule de pétanque par exemple – et interpeller leurs propriétaires. Une consigne à la frontière de la légalité qui fait l’objet de nombreux débats juridiques : est ce qu’une boule de pétanque peut être considérée comme une arme par destination avant d’avoir été lancée ? Selon les tribunaux, la réponse n’a pas toujours été la même. Et la Cour de cassation, qui a le dernier mot, ne s’est pas encore prononcée.

    Arrestations préventives

    Pire encore, la préfecture demande aux policiers « de détecter et d’interpeller chaque fois que possible les individus au profil de “casseurs” voulant venir dans la capitale pour profiter des rassemblements afin de se livrer à des exactions ». Il s’agit là, purement et simplement, d’arrestations préventive. « Ça n’a aucun sens juridique », s’étrangle l’avocate Camille Vannier :

    « C’est, à mon, sens parfaitement illégal ! »

    Reste à savoir comment on reconnaît un casseur. Est-ce une affaire de couleur de peau ou de look vestimentaire ? Toutes les interprétations sont possibles et elles sont laissées à l’appréciation des fonctionnaires sur le terrain. « Le terme “profil de casseur” est extrêmement vague et laisse la place à l’arbitraire », soupire Anne-Sophie Simpere, chargée de plaidoyer Liberté à Amnesty France :

    « C’est très grave. Et nous avons documenté le fait que des milliers de personnes ont été arrêtées, et parfois poursuivies alors qu’elles n’avaient commis aucun acte violent [le rapport d’Amnesty sur le sujet sera publié le 29/09], ce qui constitue une entrave au droit de manifester pacifiquement. »

    Nicole Belloubet, à l’époque ministre de la Justice, avait à plusieurs reprises nié vigoureusement l’existence de ces arrestation préventive malgré de nombreux témoignages (comme ici sur Mediapart). Ça risque désormais d’être compliqué.

    Contactée par StreetPress, la préfecture de police a accusé réception mais n’a pas répondu à nos questions. Nous souhaitions notamment connaître la base juridique de cette consigne.

    On a choisi de faire bouger les lignes. Vous validez ?

    Depuis plus de 10 ans, nous assumons un regard et des engagements. Aujourd’hui, notre mission c’est d’avoir de l’impact. Particulièrement dans la crise actuelle, où les premiers à morfler sont les plus fragiles. Face à la pandémie, au confinement et à la crise économique qui l'accompagne, nous croyons encore plus à la nécessité de ce travail.

    Forcer le ministre de l’Intérieur à saisir la justice en mettant au jour les messages racistes échangés par des milliers de policiers sur des groupes Facebook. Provoquer une enquête de justice suite à la révélation d’un système de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris. Contraindre Franprix à cesser l’usage quasi illégal d'auto entrepreneurs durant le confinement...

    Nous recevons de plus en plus de pistes sur des sujets brûlants, mais nous manquons encore de moyens pour tout couvrir. L’idée n’est pas de se faire racheter par un milliardaire. Mais simplement de pouvoir faire appel à du renfort, lorsqu’un sujet le nécessite.

    Pour que cela continue, malgré la crise, nous avons sincèrement besoin de votre soutien.

    StreetPress doit réunir au moins 27.000€, avant le 4 décembre.
    Soutenez un média d’impact qui fait bouger les lignes.

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER