En ce moment

    29/07/2022

    Aucun accès à l’eau ni aux sanitaires

    70 mineurs isolés dorment sous un pont d’Ivry-sur-Seine

    Par Pauline Gauer

    Environ 70 mineurs isolés dorment sous un pont d’Ivry-sur-Seine depuis près de deux mois dans des conditions difficiles. Sans solution de logement, ils attendent de pouvoir justifier de leur minorité au tribunal dans l'espoir de ne plus être à la rue.

    26 juillet, 18h – Romin rejoint l’association Utopia 56 sur le parvis de l’Hôtel de ville de Paris. La veille, l’Afghan de 16 ans a été refusé à l’Accueil mineurs non accompagnés (AMNA), le dispositif d’évaluation de France Terre d’Asile. Aujourd’hui, il n’est officiellement, pour la législation française, ni majeur, ni mineur. Ce qui veut dire qu’il n’a plus accès aux centres d’hébergement. À la rue, Romin (qui se prononce « Romine ») est accueilli par Luc, responsable du pôle mineurs isolés d’Utopia, avec deux autres jeunes issus de Côte d’Ivoire. Arrivé en France il y a un mois, il confie ne plus rien ressentir depuis :

    « Je n’ai plus aucune émotion. C’est la première fois que je suis confronté à ce genre de situation. »

    Romin fait la queue entre les familles pour la distribution de nourriture : de la soupe, deux morceaux de pain et un yaourt. Pas la France qu’il imaginait. Le regard vide, il accepte un kit d’hygiène et une couverture donnés par Utopia 56, avant d’emprunter le métro avec les bénévoles. Ce soir, l’ado afghan et les deux autres jeunes rejoindront le campement Liberté à Ivry-sur-Seine. Installé en mai, il comporte depuis deux mois environ 70 mineurs isolés.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/un_mineur_isole_recoit_un_kit_dhygiene_fournit_par_utopia_56.jpg

    Un mineur isolé reçoit un kit d'hygiène, fournit par Utopia 56. / Crédits : Pauline Gauer

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/dans_le_metro_les_mineurs_isoles_sont_devisages_par_les_riverains.jpg

    Dans le métro, les mineurs isolés sont dévisagés. / Crédits : Pauline Gauer

    Pas de minorité, pas de logement

    Sans carte de transport, ils sont obligés de frauder le métro, une lettre d’Utopia 56 justifiant leur statut en cas de contrôle. Dans la rame, ils sont dévisagés par quelques personnes qui se questionnent sur les caisses de nourriture et les couvertures. Descente à Liberté. Romin regarde plusieurs fois son téléphone, en quête d’appel. Depuis son départ de son pays, le mineur à la silhouette élancée ne sait pas où est sa famille, « s’ils sont en vie ou non » :

    « Je sais seulement qu’ils ont aussi fui l’Afghanistan. Je n’ai plus de nouvelles depuis. J’attends la moindre notification, le moindre message. »

    Romin est arrivé en France seul, avec un vêtement de rechange dans son sac à dos. Ses papiers ont brûlé dans un incendie en Afghanistan. Ici, il ne peut donc pas justifier sa minorité. Le 27 juillet, il est allé faire un recours au tribunal, accompagné d’un membre d’Utopia 56, pour justifier de son statut de mineur.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/le_campement_de_liberte_au_coucher_du_soleil.jpg

    Le campement de Liberté, au coucher du soleil. / Crédits : Pauline Gauer

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/cest_la_premiere_fois_que_romin_dort_dans_une_tente_dehors.jpg

    C'est la première fois que Romin dort dans une tente, dehors. / Crédits : Pauline Gauer

    Après avoir marché une vingtaine de minutes, Romin et le reste du groupe atteignent l’un des ponts Nelson-Mandela. En bas des escaliers de béton en colimaçons, ils découvrent le campement. Un amas de plus de 60 tentes bleues et grises, sur un sol pavé au bord de la Seine, côtoie un seul arbre qui se dresse au milieu.

    À LIRE AUSSI : À Paris, l’errance des exilés afghans

    Dormir dehors pour la première fois

    Au total, plus de 70 jeunes hommes dorment sur place, à l’écart de Paris. À l’horizon, aucune fontaine d’eau à moins de deux kilomètres, aucun sanitaire et le premier commerce est à 15 minutes de marche. Ils sont seuls au monde dans un campement invisible depuis la route. Romin et ses deux comparses sont accueillis par les mineurs isolés déjà installés sur le lieu. « Je me sens tout de suite un peu mieux d’être dans un endroit avec du monde », raconte l’adolescent, sa couverture dans les bras :

    « Je n’ai nulle part d’autre où aller. Même si c’est la première fois que je dors dans une tente, c’est rassurant d’avoir une sorte de toit, une couverture et de quoi manger. »

    Steve, un Camerounais au polo blanc, l’aide à monter sa tente dans un recoin du campement, contre un mur qui l’abrite du vent. Le jeune homme à la barbe courte est arrivé à Liberté il y a un peu plus d’un mois, après qu’on lui ait refusé sa minorité. Malgré ses 16 ans, il a très vite été considéré comme un grand frère car il semble toujours à l’écoute et prêt à aider. À l’approche de l’orage, Steve se charge de protéger les cagettes de nourriture dans sa tente :

    « J’essaie d’être là pour les gens. Même si on ne se connaît pas, on se comprend très vite. On a tous un peu vécu la même chose ici. »

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/steve_range_les_cartons_de_nourriture_dans_sa_tente_pour_les_proteger_de_la_pluie.jpg

    Steve range les cartons de nourriture dans sa tente pour les protéger de la pluie. / Crédits : Pauline Gauer

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/steve_aide_romin_a_monter_sa_tente_une_premiere_pour_le_jeune_afghan.jpg

    Steve aide Romin à monter sa tente. « J’essaie d’être là pour les gens. Même si on ne se connaît pas, on se comprend très vite. On a tous un peu vécu la même chose ici. » / Crédits : Pauline Gauer

    Il sourit mais dans ses yeux se ressent la détresse psychologique de la traversée et des mois précédents passés dans un camp en Italie. Il est toujours avec des écouteurs dans les oreilles sans jamais mettre de musique, ça l’aide « à ne pas penser ». Steve explique être devenu « transparent » depuis son arrivée en Europe. Sans ses papiers, qu’il peine à envoyer depuis le Cameroun, il n’est pas en mesure de prouver son âge et d’accéder à un logement ou des distributions alimentaires des autorités, ni de demander l’asile en tant que personne majeure. Alors, il tente de s’occuper comme il peut avec les réseaux sociaux sur son téléphone.

    À LIRE AUSSI : Plus de 200 exilés survivent dans un square de Pantin

    L’avenir

    Le soleil disparaît derrière les immeubles d’Ivry, donnant à la Seine des tons rosés. Les moustiques se multiplient au rythme des arrivées sur le campement en fin de journée. C’est maintenant une quinzaine d’adolescents qui se rassemblent sur les pavés au bord de l’eau. Mehdi (1), 17 ans, diffuse des clips de rap sur son téléphone « pour mettre l’ambiance ». Originaire d’Algérie, il a appris à rapper mais son vrai truc, c’est la pâtisserie. Chez lui, il travaillait dans une boulangerie, maniant la pâte comme il le fait avec les mots. « Tout ce que je veux, c’est du travail. Je suis venu ici pour ça », raconte le jeune homme au grand sourire, assis sur son vélo.

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/mehdi_garde_sa_television_dans_sa_tente_pour_le_jour_ou_il_aura_une_maison.jpg

    Mehdi garde sa télévision dans sa tente, pour le jour où il aura une maison. / Crédits : Pauline Gauer

    https://backend.streetpress.com/sites/default/files/un_jeune_homme_est_assis_sur_une_chaise_a_cote_du_campement_au_bord_de_la_seine.jpg

    Installé en mai, le campement Liberté d'Ivry-sur-Seine comporte depuis deux mois environ 70 mineurs isolés. / Crédits : Pauline Gauer

    Il s’ennuie, comme la plupart des mineurs du campement. Il n’y a rien à faire à part visiter la ville. Mehdi raconte : « Je connais Paris comme ma poche. La Tour Eiffel, Châtelet, toutes les petites rues n’ont plus de secret pour moi ». Fatigué de n’avoir ni papiers ni argent, Mehdi a commencé à voler afin de pouvoir « devenir riche ». Dans sa tente se trouve par exemple une télévision, et tant pis s’il n’a rien pour la brancher. À force d’être abandonnés et invisibles, certains ados comme Mehdi sont entraînés dans les réseaux de trafic, la consommation de stupéfiants ou le vol. Mehdi chuchote que la provenance de cette télévision doit rester un secret :

    « Pour l’instant, elle est dans ma tente. Mais le jour où j’aurais une maison, je la mettrais dans ma chambre. »

    (1) Les prénoms ont été changés.

    Cet article est à prix libre. Pour continuer la lecture, vous pouvez faire un don.

    StreetPress est un média indépendant qui repose sur les dons de ses lecteurs et lectrices. Nous avons besoin de 80 000 euros avant le 2 décembre pour finir l'année. En savoir plus →

    Après déduction fiscale, un don de 30€ vous reviendra à 10€.

    Soutenir Streetpress Je fais un don
    mode payements
    Le journalisme de qualité coûte cher. Nous avons besoin de vous.

    Nous pensons que l’information doit être accessible à chacun, quel que soient ses moyens. C’est pourquoi StreetPress est et restera gratuit. Mais produire une information de qualité prend du temps et coûte cher. StreetPress, c'est une équipe de 13 journalistes permanents, auxquels s'ajoute plusieurs dizaines de pigistes, photographes et illustrateurs.
    Soutenez StreetPress, faites un don à partir de 1 euro 💪🙏

    Je soutiens StreetPress  
    mode payements

    NE MANQUEZ RIEN DE STREETPRESS,
    ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER